Fillon, qui rêve de piloter la France, a déjà froissé beaucoup de tôle…

Le Canard Enchaîné – 28/12/2016 -Jean-Michel Thénard –
Amateur de bolides, mais maladroit au volant, il a, heureusement, de généreux prêteurs…
Foi d’Henri Pescarolo, ex-champion automobile qui le confie au « Canard », François Fillon est un sacré pilote. La preuve: il vient de donner un vigoureux coup de volant pour laisser sur le bord de la route les promesses de candidat à la primaire au sujet de la Sécu.
155883_fillonPiloter des bolides, Fillon en rêve depuis que, tout petit, il a vu tourner des voitures de course au Mans, non loin du berceau familial. Son grand-père l’a emmené sur le circuit Bugatti alors qu’il avait à peine un an. Depuis, il voue à la bagnole un amour immodéré. Hélas, ce n’est pas toujours réciproque… La première fois que son père l’initie à la conduite, au volant de la Peugeot familiale, Fillon fait un tout droit et finit dans un champ. Régulièrement, comme le raconte sa biographe, Christine Kelly, il emprunte la 2 CV familiale pour rejoindre ses potes. Un samedi, il embrasse la porte du garage… Il faut dire qu’il conduit sans permis. Celui-ci, d’ailleurs, n’a pas été facile à décrocher. La première fois, il le rate pour… refus de priorité à droite. politiquement prémonitoire ?   
Les beaux gestes du marquis
Plus tard, il part en voyage de noces avec Pénélope. Sa R5 Alpine Turbo, lui susurre-t-il est particulièrement agile dans les lacets. Illico, il loupe un virage et finit dans un arbre après un tonneau. Ses quinze jours de lune de miel, il les passe à l’hôpital de San Sébastian pour un tassement des vertèbres. Depuis, Pénélope se raidit quand il prend le volant. Pourtant, elle le verrait bien piloter la France… Fillon roule toujours. Vite. Dans l’émission « Top Gear », sur RMC (15/4/15), il raconte qu’un jour il emmène un sénateur de la Sarthe à un enterrement. A la cérémonie, ce dernier prend les devants: « Tu es gentil, mais je vais repartir avec quelqu’un d’autre. » Peur d’une conduite à tombeau ouvert ?  
Les deux-roues ne lui réussit pas mieux. Lors de l’été 2012 à Capri, il est invité par Lucas di Montezemolo (1), alors patron de Ferrari et de Fiat. Il emprunte un scooter, chute et finit transporté en hélicoptère, à l’hôpital de Rome avec une fracture ouverte. Et la trottinette ? il a essayé ?
img_0542Fillon a deux voitures au garage : une Peugeot 306 Turbo 16 et une Toyota, les véhicules de Monsieur Tout-le-Monde ou presque. Les belles autos, il les emprunte à ses riches amis. En 2010, le marquis de Montezemolo lui a prêté une Ferrari Scagletti. « Un vrai bonheur sur les routes de Toscane », raconte l’ex-Premier ministre. Prix du « bonheur » : 230 000 euros pour 12 cylindres, 48 soupapes et 540 chevaux. Fillon se défend : « Je ne peux pas m’acheter de voitures luxueuses, je n’en ai pas les moyens financiers. » Heureusement, l’ami italien les a, lui, ces moyens. Tout comme l’ami suisse Stanislas de Sadeleer, un financier passant sa vie entre Londres, Gibraltar, les Antilles et Gstaad. Sa femme dirige l’Automobile Club de la station suisse, son fils court en formule Renault, et monsieur prête ses bolides collection à Fillon pour participer au Mans Calssic ou au Spa-Calssic. Le Sarthois, qui a couru trois fois au Mans dans une BMW M1 (valeur estimée : 600 000 euros), s’y est classé entre la 18eme et la 25eme place.
Un casseur contrarié
Prêter une belle voiture à Fillon n’est pas sans risque. En 2009, alors qu’il est Premier ministre, Peugeot lui propose d’essayer la 908 HDi victorieuse des 24 Heures du Mans quelques semaines plus tôt. Bilan : un tête-à-queue, mais – c’est méritoire -sans froisser de ferraille !
Dans la famille Fillon, le meilleur pilote est de loin son petit frère Pierre, président de l’Automobile Club de l’ouest et organisateur des 24 Heures. « Il ne faut pas se raconter d’histoires, je ne suis pas très rapide, confiait François à « Sport Auto » en août 2013. D’abord parce que je ne m’entraîne pas assez. Et aussi parce que je suis raisonnable. Je ‘ai pas envie de tout casser. »
Tout le contraire du Fillon qui a gagné la primaire en annonçant qu’il allait « sérieusement casser la baraque« . Attention à la sortie de route !
(1) Les vacances de Fillon chez le patron de Ferrari, c’est le pied !  (Le Canard – 02/08/2012)

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.