Le passé encombrant de Jean-Claude Juncker

La Libre Belgique – 03/01/2017 – Gilles Toussaint –
586b8520cd70717f88e63d85
M. Juncker est accusé d’avoir bloqué la lutte contre l’évasion fiscale.
Il s’agit davantage d’une confirmation que de révélations, mais les nouveaux « leaks » publiés par « The Guardian » ne vont pas contribuer à redorer le blason du président de la Commission européenne.
Se référant à des courriers diplomatiques allemands confidentiels, le quotidien britannique affirme en effet qu’à l’époque où il était Premier ministre, le Luxembourgeois a longtemps œuvré en coulisse pour bloquer les mesures européennes visant à contrer l’évasion fiscale. Pour rappel, Jean-Claude Juncker occupa ce poste de 1995 à 2013, tout en le combinant avec la fonction de ministres des Finances jusqu’en 2009.
Cette attitude d’obstruction, explique encore « The Guardian » fut essentiellement orchestrée au sein d’un groupe de travail mis en place par les Etats membres en 1998 (le groupe « Primarolo » sur le code de conduite) pour éviter que ceux-ci ne se livrent à une concurrence fiscale déloyale, néfaste pour le projet européen.
A la tête d’un groupe de petits pays, le Grand-Duché s’est organisé pour protéger son régime fiscal en retardant ou en torpillant régulièrement les efforts entrepris, selon les récits que livrent les diplomates allemands de ces discussions tenues sous le sceau du secret.
Hypocrisie
Le Luxembourg s’est ainsi régulièrement opposé au projet visant à accroître la transparence sur les accords fiscaux (les fameux « rulings » rendus célèbres par le scandale du LuxLeaks) passés avec les multinationales pour permettre à celles-ci de réduire leurs impôts à des niveaux ridicules. Il a également bloqué les tentatives visant à enquêter sur les mécanismes de prêts « hybrides » utilisés par les grandes entreprises pour abaisser artificiellement leur base imposable et bénéficier de déductions fiscales.
Et si le nouveau gouvernement luxembourgeois, dirigé par le libéral Xavier Bettel, a récemment levé le pied sur les arrangements fiscaux les plus agressifs, il n’en continue pas moins à peser dans ce dossier en s’opposant notamment à une proposition visant à mettre un terme à la règle de l’unanimité – qui permettrait d’éviter qu’un seul pays puisse bloquer tout accord – au sein de ce groupe de travail. « Il est impressionnant de voir à quel point certains États membres s’affichent en défenseurs de réformes fiscales au niveau international, et comment ils se comportent en réalité dans les discussions européennes protégées par la confidentialité », relève un télégramme diplomatique.
Du côté de la Commission européenne, on rappelle que Jean-Claude Juncker s’est déjà expliqué à plusieurs reprises devant le Parlement européen face à « différentes accusations injustifiées » portées à l’égard de son action en tant que Premier ministre. Le porte-parole souligne également que le président de la Commission a fait de la lutte contre l’évasion fiscale une de ses priorités…

juncker

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Europe, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.