Dieu créa Trump… et des millions de jobs

Le Temps 13/01/2017

trumpfile6t7ddxb5kir1j1t3sj6t

Autoproclamé plus grand créateur d’emplois du monde, Donald Trump multiplie les annonces, épaulé par des dirigeants de multinationales, souvent étrangères. Derrière ce show, la réalité risque d’être bien différente
«Nous allons créer des emplois. J’ai dit que j’allais être le plus grand créateur d’emplois que Dieu ait jamais créé. Je le pense vraiment». Plus sûr de lui que jamais, Donald Trump montrait les muscles mercredi. Le président élu avait repris, mot pour mot, l’une des phrases prononcées en juin 2015, lorsqu’il annonçait sa candidature à l’investiture républicaine – «Je serai le plus grand président de l’emploi que Dieu ait jamais créé».
A l’époque, personne, ou presque, ne prenait au sérieux l’homme d’affaires. En janvier 2017, Donald Trump ne fait plus rire grand monde. D’autant que ses déclarations se sont accompagnées, ces derniers jours, d’annonces fracassantes sur la création de millions d’emplois aux Etats-Unis.
Lire aussi: Joseph Stiglitz: «La politique macroéconomique de Trump va détruire des emplois»
La scène la plus surréaliste a eu lieu le 6 décembre au pied de la Trump Tower de New York. Après leur réunion, le président élu et Masayoshi Son, directeur du groupe japonais SoftBank s’arrêtent devant les journalistes. Masayoshi Son brandit alors ce qui ressemble à l’impression d’un document Powerpoint, bardé de gribouillis. Sur la feuille est écrit que SoftBank promet d’investir 50 milliards de dollars aux Etats-Unis, avec à la clé la création de 50 000 emplois en quatre ans. Le 9 janvier, même endroit, même scène. Donald Trump s’affiche avec Jack Ma, directeur du groupe chinois d’e-commerce Alibaba. Cette fois, c’est la création d’un million d’emplois aux Etats-Unis, en cinq ans, qui est promise par le directeur chinois.
Les promesses d’Amazon
En parallèle, Donald Trump menace Ford pour que le constructeur automobile investisse au Michigan et ne délocalise pas au Mexique. General Motors subit des pressions similaires. Le fabricant de climatiseurs Carrier renonce à délocaliser, aussi au Mexique, une usine de 800 employés. De peur de se faire montrer du doigt via le compte Twitter du président élu, certaines multinationales prennent les devants. IBM a ainsi promis 25 000 recrutements sur sol américain en cinq ans. Et ce jeudi, Jeff Bezos, directeur d’Amazon, promettait 100 000 emplois de plus en seulement 18 mois.
« SoftBank et Alibaba veulent prendre Donald Trump au mot et en profiter pour que les Etats-Unis rendent le cadre légal plus favorable pour les investissements étrangers.»
Tout cela est-il bien sérieux? Ou n’est-ce que de la communication? Concernant les promesses de SoftBank et Alibaba, Uwe Neumann, analyste chez Credit Suisse, est sceptique: «Donald Trump promet de créer davantage d’emplois aux Etats-Unis, alors même que le taux de chômage est relativement bas, à moins de 6%. Mais SoftBank et Alibaba veulent prendre Donald Trump au mot et en profiter pour que les Etats-Unis rendent le cadre légal plus favorable pour les investissements étrangers.
Alibaba a mentionné l’exemple des usines et fermes américains du Midwest qui pourraient vendre plus facilement habits, vin et fruits à la classe moyenne chinoise. Mais il y a une contradiction: car pour y parvenir, il faudra améliorer les accords commerciaux entre les deux pays. Or les déclarations de Donald Trump à ce sujet vont dans le sens opposé». Le spectre d’une guerre commerciale avec la Chine n’est ainsi de loin pas exclu.
Lire la suite :
Les arrière-pensées de SoftBank
Tweets à impact limité
Anouch Seydtaghia @Anouch : Journaliste éco/finance, spécialisé dans les nouvelles technologies, intéressé par les voitures autonomes, la cybersécurité et les start-up

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Economie, International, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.