Le pouvoir contesté de la FNSEA – Ce soir sur France 3 – Pièces à conviction – 23h30

Pièces à conviction propose ce soir un portrait au vitriol du premier syndicat agricole français
Saisissant. C’est Dominique Bussereau racontant sans sourciller son « entretien d’embauche » par le président de la FNSEA avant de devenir ministre de l’Agriculture. Ou encore ce paysan du Cantal sommé d’adhérer au syndicat pour bénéficier d’un fond sécheresse alimenté par les fonds publics. Autant d’exemples extraits d’une enquête conduite par Marianne Kerfriden à travers toute la France.
Face à la caméra, des agriculteurs acceptent, non sans mal, de témoigner sur le pouvoir parfois exorbitant de la Fédération nationale des exploitants agricoles. Un portrait à charge qui a le mérite de mettre sur la place publique des dérapages parfois épinglés par la Cour des comptes.
Il y manque des nuances car la FNSEA est tout sauf monolithique. Et, plus que le pouvoir du syndicat, c’est l’incapacité des politiques à penser par eux-mêmes les questions agricoles qui frappe ici. Cet abandon en rase campagne profite parfois à la FNSEA, mais pas forcément à l’économie française.   Patrice Moyon  (Ouest-France 18/01/2017) –
« Pièces à conviction ». FNSEA : enquête sur un empire agricole    Présenté parVirna Sacchi
La FNSEA est le premier syndicat des agriculteurs et interlocuteur privilégié des pouvoirs publics. Elle quadrille tous les secteurs, de la viande au lait en passant par les fruits et légumes, et prétend parler au nom de tous les agriculteurs  français. Le secret de sa puissance, c’est sans doute sa présence à tous les postes stratégiques du secteur. Ses représentants occupent des postes clefs dans toute la France, elle oriente les politiques agricoles, joue un rôle décisif dans l’attribution des terres et monopolise les financements. Comment fonctionne cette fédération ?
Des voix s’élèvent pourtant contre ce syndicat tout-puissant et contre son président, Xavier Beulin, qui est aussi à la tête de l’un des géants mondiaux de l’agro-industrie. Peut-il à la fois défendre les intérêts des paysans, étranglés par la crise, et ceux de son groupe ?
Lire : Xavier Beulin, patron de la FNSEA et nabab de l’agrobusiness tentaculaire  (Le Canard Enchaîné – 02/09/2015)

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Agroalimentaire, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.