Syrie – Les évacués d’Alep survivent dans l’attente

La plupart des 35 000 personnes déplacées des quartiers est de la ville syrienne aspirent à se rendre en Turquie.
LE MONDE | 23.01.2017 |

le-monde-syriens-evacues-d-alep-dans-le-camp-de_6c3b48a3da642a407b4923dfe4dfa470

Depuis la reprise de l’est d’Alep par l’armée syrienne et ses alliés mi-décembre 2016, plusieurs milliers d’habitants ont fait leur retour dans les ex-quartiers rebelles, où les destructions causées par les frappes russo-syriennes et les combats ont été moins importantes.
Mais « Oum Moudar », un surnom choisi par notre interlocutrice, n’y songe pas. « Impossible, dit-elle, de revenir dans une zone contrôlée par le régime », de crainte d’être arrêtée. Cette Alépine a fait partie des quelque 35 000 personnes évacuées du dernier carré insurgé, au terme d’un accord parrainé par Moscou et Ankara.
Leur départ s’est achevé le 22 décembre 2016, avant la sortie de l’ultime convoi de combattants anti-Assad. « Ce sont les habitants qui avaient le plus peur [de représailles] qui ont été évacués », rappelle une source humanitaire qui a suivi les opérations. Parmi eux figuraient des familles de rebelles et des militants de l’opposition.
C’est de Reyhanli, une localité turque proche de la Syrie, qu’« Oum Moudar », 35 ans, raconte par téléphone son périple depuis la chute d’Alep. Après un bref passage dans la province d’Idlib, elle a traversé clandestinement la frontière avec ses trois enfants, en payant un passeur. « Beaucoup de familles évacuées veulent partir en Turquie. Mais c’est cher et très dangereux », s’inquiète Saïd Ahmad Eido, chercheur au Syrian Institute for Justice, une organisation proche de l’opposition qui documente les violations des droits de l’homme en Syrie.
Les évacuations à Alep. REUTERS/Abdalrhman Ismail/File Photo

syrie-plus-de-4_000-rebelles-evacues-d-alep-ces-dernieres-heures

Lire aussi :   A Alep, « l’ampleur du chaos dépasse tout entendement »
Car dans le nord du pays, les zones sous contrôle rebelle où ces habitants ont trouvé refuge restent sous le coup de bombardements aériens réguliers, malgré le cessez-le-feu en vigueur depuis la fin décembre 2016. Beaucoup y dépendent de l’aide humanitaire, alors que l’hiver est glacial. « La plupart des personnes évacuées ont rejoint la campagne à l’ouest d’Alep, poursuit M. Eido. Seule une minorité [notamment les activistes] a gagné la province d’Idlib. Tout le monde redoute que cette région soit la prochaine cible d’une vaste opération militaire, comme à Alep. » Le bastion rebelle d’Idlib, où les djihadistes du Front Fatah Al-Cham (l’ex-Front Al-Nosra, affilié à Al-Qaida) constituent l’une des forces les plus puissantes, est déjà visé par les aviations russe et syrienne, ainsi que par des appareils de la coalition internationale menée par Washington.
Pour les militants, malgré la détermination affichée à « poursuivre la révolution contre le régime [de Bachar Al-] Assad », comme l’affirme « Oum Moudar », un temps d’incertitude s’est ouvert. Elle restera en Turquie pour subir une opération chirurgicale. Après, ce sera Idlib. Elle entend y continuer, sans savoir encore comment, les « projets éducatifs » qu’elle menait à Alep. Des militants dénoncent la mainmise des factions radicales de la rébellion sur la région, et leurs violentes intimidations. La jeune maman préfère évoquer « les manifestations anti-régime » tenues depuis la fin décembre 2016 dans la zone d’Idlib, ou « l’existence de structures civiles de l’opposition », qui la rendent « optimiste. »
« Qui est derrière [les assassinats anonymes] chaque semaine ? Des espions du régime ? Des groupes armés ? Des gangs ? », dit Monther Etaky, militant de l’opposition
« Disques durs »
Pour Monther Etaky, c’est aussi un entre-deux. Ce militant de l’opposition a envoyé son épouse et son bébé à l’abri en Turquie, après le départ forcé d’Alep, dont les faubourgs insurgés ont été soumis à des mois de siège avant l’ultime offensive des forces pro-régime. De cette ancienne vie, le jeune homme a « sauvé [ses] disques durs ». Plus de quatre ans d’archives de ce que fut le quotidien dans la zone rebelle de la ville. L’ancien étudiant, âgé de 27 ans, garde le contact avec des journalistes depuis Idlib. Mais son objectif, aujourd’hui, est de rejoindre à son tour la Turquie, « pour une pause, pour revoir mes parents, pour comprendre comment revenir lutter contre le régime par mes propres moyens ».
En attendant un passage sécurisé, il se rend régulièrement dans la campagne à l’ouest d’Alep. Il y évalue, pour le compte d’une ONG, les besoins des habitants évacués de la ville. La colère que Monther Etaky a ressentie en quittant Alep, « contre le monde entier » qu’il tient « coupable d’avoir laissé les Russes, le régime et les milices pro-iraniennes » reprendre les quartiers rebelles, a laissé place à de la tristesse. « J’ai perdu beaucoup d’amis à Alep. J’aime ma ville. Je suis originaire des quartiers ouest, mais j’étais attaché à l’esprit qui régnait dans l’est. »
Dans la zone d’Idlib, il a trouvé une région « débordée par l’afflux de déplacés. Il n’est pas facile pour les nouveaux arrivants d’être accueillis. » Sur les 2 millions d’habitants que compterait la province, près de 700 000 viennent d’autres zones de Syrie. Les prix des loyers ont bondi. Monther Etaky s’inquiète aussi d’« assassinats anonymes, chaque semaine ». « Qui est derrière ? Des espions du régime ? Des groupes armés ? Des gangs ? A Alep, cette forme d’insécurité n’existait pas. »
Lire aussi :   Après le choc d’Alep, les rebelles modérés obligés de jouer le jeu de Moscou
Selon une source humanitaire, un tout petit nombre, parmi les 35 000 évacués, a préféré être conduit vers l’ouest d’Alep, la partie restée depuis 2012 sous contrôle gouvernemental. Ils y ont été précédés par des milliers d’autres civils durant l’ultime phase du siège : selon une source de l’ONU, la plupart des habitants que comptait l’Est avant l’offensive du régime fin novembre 2016, ont rejoint des zones tenues par les autorités, en fuyant les combats, ou sont restés sur place. « A la fin, les gens n’en pouvaient plus des frappes. Et tous n’étaient pas convaincus par notre cause », constate « Oum Moudar ».
Civils empêchés de fuir
L’envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, s’était alarmé, dès l’automne 2016, de l’ampleur des bombardements russes et syriens contre la zone assiégée, et des lourdes pertes civiles. Le diplomate avait également dénoncé les agissements de certaines factions anti-Assad d’Alep, qui ont empêché des civils de fuir.
Plusieurs organisations cherchent aujourd’hui à faire la lumière sur les allégations d’exactions commises durant les derniers jours de la guerre dans l’est d’Alep, rapportées par chaque camp. L’une des priorités du Syrian Institute for Justice est d’enquêter sur des dizaines de disparitions, que le groupe attribue aux forces pro-régime. Selon Saïd Ahmad Eido, de nombreux hommes ont, par ailleurs, été enrôlés de force dans les rangs de l’armée, au terme de leur interpellation.
Lire aussi :   A Astana, la Russie veut transformer son succès militaire en Syrie en victoire diplomatique
Laure Stephan (Beyrouth, correspondance) Journaliste au Monde

alep-evacues11475483

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, International, Politique, Social, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.