En Île-de-France, Les Républicains asphyxient l’agriculture bio !

Journal bimestriel Un Doigt dans l’actualité – janvier/février – Stéphane Scrivano –
mise_en_avant_de_l_origine_de_la_production_ici_en_provenance_de_pace_commune_a_10km_de_rennes_marche_des_lices_rennesok
Malgré les réserves formulées par une grande partie des groupes politiques représentés au conseil régional d’Île-de-France (PS EELV, Front de gauche, Modem, UDI), la majorité (LR) a décidé de réduire drastiquement les financements attribués aux structures historiques d’accompagnement de l’agriculture biologique.
Pourtant, en Île-de-France, la consommation de produits bio est supérieure à la moyenne nationale et elle ne cesse d’augmenter (57 % des franciliens déclarent acheter des produits bios au moins une fois par mois). Selon Maud Granger Remy, membre d’une Amap (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) à Paris et Florent Sebban, paysan en Amap à Pussay qui signent une tribune sur Reporterre, « l’agriculture biologique constitue un véritable vivier d’emplois et une vraie opportunité de développement économique local« .
D’ailleurs, l’État et la région Île-de-France se sont mis d’accord sur un Plan bio 2014-2020 qui vise à « doubler les surfaces bio d’ici 2017 » et à « les tripler d’ici 2020″, à dynamiser les conversions, en maintenant un objectif de 10 à 15 installations en agriculture biologique par an, développer les outils de structuration collective des filières pour soutenir le développement des produits bio locaux, en particulier issus de l’agriculture biologique, dans la restauration collective ».
7777428511_valerie-pecresse-invitee-de-rtl-le-21-avril-2015Or, sans aide et sans « coup de pouce » des pouvoirs publics, nombre de ces changements ne seront pas possibles. Manger sainement et aider le développement durable devrait être l’une des priorités de cette région ultra polluée où la qualité de vie est par ailleurs déplorable. A moins qu’un lobby puissant ne soit passé par là pour convaincre Valérie Pécresse (la présidente du conseil régional) et ses sbires ?
Lire aussi : Les circuits courts alimentaires créent de nombreux emplois (25/01/2017)
Pour aider les céréaliers, la région Ile-de-France soutient les semenciers (31/08/2016)
La FNSEA a pris le pouvoir sur l’agriculture dans les régions (06/01/2017)

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.