La taxe de Portland contre les inégalités: une première au monde

Pour écrire la liberté  – Michel Gevers
Les innovations, bonnes et mauvaises, viennent souvent des États-Unis, avant de s’imposer au reste du monde. Et dans la colonne des bonnes innovations, la ville de Portland dans l’Oregon, vient de faire très fort. Elle a adopté ce mercredi 7 décembre une taxe qui s’attaque directement aux inégalités. De quoi s’agit-il?
La ville de Portland, la plus importante ville de l’Oregon, a le pouvoir d’imposer les sociétés qui fonctionnent sur son territoire. Plus de 550 sociétés paient des impôts à la ville. Pour s’attaquer de manière frontale à une des pires sources d’inégalités de revenus, le conseil communal a décidé ce 7 décembre que les sociétés dont le patron a un revenu, toutes primes comprises, qui est plus de 100 fois plus élevé que le revenu médian [1] de ses employés, verront leur impôt augmenté de 10%. Si les revenus du patron dépassent de plus de 250 fois le revenu médian (eh oui, dans le monde cynique dans lequel nous vivons, cela arrive), l’impôt de la société sera augmenté de 25%.
Cet impôt s’attaque donc directement à une des grandes sources d’inégalités que sont les rapports de plus en plus importants entre les bas revenus et les revenus des grands patrons. Poussé par les travaux de Thomas Piketty, dont le livre a fait un tabac aux États-Unis, cette inégalité gigantesque dans les revenus est devenue un objet d’importants débats aux Etats-Unis. Thomas Piketty a d’ailleurs applaudi des deux mains la décision du conseil communal de Portland, tout en ajoutant que le rapport de 100 devrait être abaissé significativement pour la rendre encore plus efficace.
Cet impôt est probablement une première mondiale, mais d’autres grandes villes américaines sont en train de discuter de formules similaires. Connaissant la puissance des Etats-Unis à propager les innovations locales dans le monde entier, on peut imaginer que ce débat pourrait très rapidement débarquer chez nous. Et comme cet impôt est très facile à calculer et à mettre en œuvre, les libéraux du MR et autres partis conservateurs auront du mal à continuer à prétendre qu’il ne faut pas taxer les super-riches parce que c’est trop compliqué et qu’ils disposent d’armées d’avocats fiscalistes pour échapper à toute forme d’impôt.
Source: The New York Times
[1] Le choix du revenu médian n’est pas innocent. Pour les lecteurs de POUR qui auraient oublié leur cours de statistique, notons que dans des entreprises comptant beaucoup plus de travailleurs mal payés que de cadres bien payés, le revenu médian se situe beaucoup plus près du salaire le plus bas que le revenu moyen.

chimulusstocks_0

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Démocratie, Economie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.