Psychologie : Ils sont tout le temps dans la lune

Le Temps 30/01/2017

file6teg6xls2cx8rq002gg

Ils sont tête en l’air, ils oublient tout. Rien à faire, ils sont nés comme ça. D’où vient ce problème, et est-il possible d’y remédier ?
Enfant, il oubliait régulièrement ses cahiers, ses devoirs, sa trousse, ses rendez-vous chez le dentiste. Les profs, eux, n’étaient pas tendres avec ce garçon. Trop «Tête en l’air», comme le chantait Jacques Higelin dans les années 1970 : https://youtu.be/5J8MGYPFbSE

En tant qu’adulte, Willy * a conservé ce trait de caractère. Il oublie régulièrement son sac ou sa veste chez les patients qu’il visite en tant qu’infirmier. Il lui est aussi arrivé, à trois reprises, d’oublier de tirer son frein à main en se parquant, et sa voiture s’est retrouvée au milieu de la route. «J’aurais des soucis si je travaillais aux soins intensifs! Avec le stress, ce serait impossible pour moi.» S’il l’apprécie aussi pour son côté distrait, son entourage lui rappelle souvent cette particularité. Et pour lui, il n’a pas été facile de s’accepter tel qu’il est.
Etre dans la lune serait donc un fonctionnement ancré, et impossible à modifier? Pour Pascale Roux, psychologue et coach pour adolescents et adultes, il existe principalement deux formes de distraction, et quelques solutions à ce qui peut être handicapant. Une première forme étant liée au trouble déficitaire de l’attention (TDAH), avec ou sans hyperactivité, et à des degrés variables. Il s’agit d’un problème neurologique, qui apparaît souvent avec l’arrivée des tâches scolaires contraignantes, surtout lorsque les exigences augmentent.
«Elles flottent dans la réalité»
«On leur dit «concentre-toi! Si tu voulais, tu pourrais!», mais leur cerveau ne peut pas, explique Pascale Roux. Ils ont souvent beaucoup de difficultés à apprendre, ils ne retrouvent jamais leurs affaires, n’ont jamais les bonnes fiches, oublient leur sac dans le bus… Le dépistage se fait généralement dans l’environnement scolaire. Mais tout dépend de la sévérité du trouble. S’il est léger et sans hyperactivité, cela se remarque peu. Si le trouble est sévère avec hyperactivité, c’est explosif!»
Parmi les personnes dont on dit qu’elles n’ont «pas de tête», il y a celles qui sont tout simplement distraites. «Elles flottent dans la réalité, décrit Pascale Roux. Elles abordent le quotidien avec un certain détachement. C’est une forme de désintérêt des tâches quotidiennes, comme penser à acheter du pain. Tout ce qui les ennuie est zappé.»
Chez Juliette *, 13 ans, le papa et le frère sont tête en l’air. L’adolescente a donc endossé la responsabilité de leur rappeler les choses. «Parfois, s’ils oublient un truc, ils mettent la faute sur moi. Et quand ils ont des soucis à l’école ou au travail, ils ont encore plus de mal à se souvenir des rendez-vous ou des affaires à prendre…» Et, c’est un fait: le stress aggrave les traits de fonctionnement existants.
La stratégie de l’instant présent
Quelles solutions pour redescendre un tantinet sur Terre? «Pour ceux qui souffrent de TDAH, les médicaments font disparaître les symptômes, mais avec quantité d’effets secondaires… Il y a d’autres réflexions alternatives, comme l’alimentation. Mais pour l’instant, cela ne se soigne pas» répond Pascale Roux.
Pour les éternels distraits, une stratégie efficace serait dans la notion de l’instant présent. Bon nombre de gestes étant des mécanismes automatiques, la tête est ailleurs dans ces moments. Résultat: on ne sait plus ce que l’on a fait, et l’on ne retrouve plus ses clés, on ne sait plus si l’on a éteint les plaques de la cuisinière.
«Etre surstimulé fait perdre pied»
«Etre dans la concentration est un remède. Même pour des choses toutes simples comme se laver les dents. Cela permet d’arrêter le mental», assure Pascale Roux. Un exercice qui se pratique, tout comme la mise en place de rituels. «Faire les choses dans un ordre précis peut aider. Exemple: avant de partir de chez soi, compter jusqu’à trois pour se souvenir de prendre trois choses indispensables.»
Difficulté supplémentaire pour les distraits: les sollicitations perpétuelles liées au smartphone. Vous parlez avec quelqu’un, un SMS arrive… Le temps de regarder l’écran du coin de l’œil, et vous réalisez que vous n’avez pas écouté votre interlocuteur. «Le fait d’être surstimulé fait perdre pied.» Considérant cette nouvelle donne, ce n’est pas demain que la surface de la Lune sera dépeuplée.
* Prénoms d’emprunt.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Développement personnel, Education, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.