Ces députés FN qui profitent du système et de l’argent du contribuable européen

L’Obs – 2 février 2017 – Caroline Michel/ Violette Lazard –
French Front National (National Front - FN) far-right party's President, European MP and presidential candidate for the 2017 election Marine Le Pen takes part in a plenary session of the European Parliament marking the election of its new President in Strasbourg, eastern France, on January 17, 2016. The European Parliament elects a new president today in a vote that promises to be stormy after a coalition aimed at keeping eurosceptics out of power broke down (Photo by Elyxandro Cegarra/NurPhoto)
Marine Le Pen au Parlement européen à Strasbourg, le 17 janvier 2017. (Elyxandro Cegarra/NurPhoto/AFP)
Emplois fictifs : Et maintenant, le FN :
Le parlement européen réclame 1,1 million d’euros au Front national. Six députés ont salarié des assistants qui travaillaient en réalité pour le parti. L’Obs a eu accès à l’interrogatoire de la collaboratrice de Marine Le Pen.
Catherine Griset, amie de Marine Le Pen est salariée depuis 2010 par le Parlement européen comme assistante de la dirigeante frontiste. Les enquêteurs la soupçonnent d’être restée en France et d’avoir profité d’un emploi fictif. Pourquoi n’a-t-elle ni bail, ni abonnement téléphonique, ni contrat d’eau ou électricité en Belgique ? Pourquoi sa fille est-elle inscrite à l’école à Garches, dans les Hauts-de-Seine ?  Et pourquoi les listes d’entrées et de sorties au Parlement gardent-elles si peu de traces de ses passages ?  Les arguments de Catherine Griset n’ont pas convaincu les enquêteurs.
Parlement européen avait donné jusqu’au 31 janvier à Marine Le Pen pour rembourser les cinq années de salaire de son assistante fantôme, soit 298 000 euros. Les services de Bruxelles ont aussi épluché les agendas de Thierry Léger qui a été salarié comme asiistant de Marine Le Pen en 2001. Il s’est avéré que M. Léger occupait en réalité la fonction de… garde du corps. de la patronne du Front, qui a jusqu’au 28 février pour rendre 40 000 euros supplémentaires.
Et ce n’est qu’un début ! Selon nos informations, Bruxelles réclame aujourd’hui 1,1 million d’euros à six députés du FN. Sont visés les Le Pen père et fille, Bruno Gollnisch, ainsi que des nouveaux élus, Mylène Troszcynski, Sophie Montel et Dominque Bilde. Les enquêtes se poursuivent, l’une à Bruxelles, menée par l’Office européen de lutte antifraude, l’autre à Paris, pour les salariés qui possèdent un contrat de droit français (ils sont alors censés travailler dans la circonscription du député).
img_0634Une vingtaine d’assistants, en tout sont soupçonnés d’avoir été payés par le Parlement européen, avec l’argent des contribuables européens, alors qu’ils étaient au service du Front national au siège du Parti, à Nanterre. Quatre appartiennent au cabinet de marine Le Pen. Huit figurent dans les équipes de Florian Philippot comme conseillers spéciaux, délégués nationaux ou encore chargés de mission. Le 15 décembre, le parquet de paris a ouvert une information judiciaire pour « abus de confiance, escroquerie en bande organisée, faux et travail dissimulé ». L’instruction est confiée à Renaud Van Ruymbeke.
Dans les enquêtes visant les Le Pen et leur parti (fraude fiscale, escroquerie, abus de bien social), cette affaire d’emplois fictifs est la plus explosive, car elle touche au cœur du FN, à ses principaux cadres, à ses prétendues valeurs. Le Front national n’est pourtant plus un petit parti obligé de vivre d’expédients. Vainqueur des dernières élections européennes, première délégation française à Bruxelles, le FN a vu ruisseler sur lui la manne européenne : plus de 13 millions d’euros par an. Alors sur le sujet des emplois fictifs, les députés du FN se retrouvent désormais du côté du « système » qu’ils dénoncent, tout comme un certain François Fillon.
« Des abus, il y en a eu et il y en aura encore« , reconnaît un fonctionnaire de l’administration bruxelloise. « L’argent européen est distribué avec assez peu de contrôle. Les services fonctionnent sur la confiance à priori. Il y aura toujours des brebis galeuse. La particularité avec le FN, C’est qu’on est confronté à un système généralisé. Et qu’ils ne nous disent pas qu’il ne connaissent pas les règles européennes . Les députés du Front sont entourés de juristes qui maîtrisent parfaitement le droit bruxellois« , s’agace le député européen écologiste Pascal Durand. Preuve de soupçon, l’enquête n’a pas été ouverte pour « détournement de fonds publics« , comme c’est le cas de Pénélope Fillon, mais pour « escroquerie en bande organisée« . C’est juridiquement plus grave.
Un homme est au cœur de toutes les interrogations de enquêteurs. il s’appelle Nicolas Crochet, est expert-comptable et la quasi-totalité de la délégation frontiste à Bruxelles l’a choisi pour  établir les feuilles de paie de leurs assistants. Lors des premières vérifications lancées voilà deux ans, le cabinet de Nicolas Crochet n’avait pas pu fournir la preuve de versements à l’Urssaf et aux caisses de retraite. Depuis, Florian Philippot et Sophie Montel ont décidé de se passer de ses services, mais pas 18 autres députés frontistes qui lui sont restés fidèles.Déjà, l’enquête sur les législatives de 2012 a démontré que Nicolas Crochet avait « établi des comptes de campagne insincères faisant état de prêts fictifs et antidatés au préjudice de l’État« . Malgré ces soupçons et « au nom de la présomption d’innocence« , le Haut conseil du Commissariat aux comptes l’a autorisé à poursuivre son activité… C’est ainsi qu’il a aussi expertisé les comptes des candidats à toutes les élections de 2014 et 2015, qui sont également sous le coup d’un enquête. Cette activité au service du F a rapporté des centaines de milliers d’euros à son cabinet qui, en contrepartie… a salarié plusieurs cadres du Front National.
« Ce qui est insupportable, c’est d’entendre les députés frontiste attaquer l’Europe en permanence et se servir en même temps de son argent de manière éhontée. Il y a un côté ‘je crache dans la soupe’ qui est assez malhonnête intellectuellement« , s’indigne le député vert Pascal Durand. Toutes les études le montrent : les cadres frontistes brillent par leur absence à Bruxelles.
img_0633

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Justice, Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.