Penelopegate – Les erreurs et approximations de la défense de François Fillon

Le candidat de la droite à la présidentielle s’est justifié lundi devant la presse, avec des arguments parfois étranges.
LE MONDE 07.02.2017 | Par Les Décodeurs
Après dix jours d’accusations concernant les emplois de sa femme et de ses enfants comme assistants parlementaires, François Fillon a lancé une contre-offensive, lundi 6 février, en convoquant la presse.
Le candidat des Républicains (LR) a certes « présenté [ses] excuses aux Français » mais il n’a pas renoncé à se présenter à l’élection présidentielle, martelant que « tous les faits évoqués [étaient] légaux » et qu’il n’avait « rien à cacher ». Pourtant, certaines de ses déclarations posent questions, voire se révèlent fausses.
Synthèse :   Les multiples affaires Fillon pour ceux qui n’ont rien suivi

Sur le montant du salaire de Penelope Fillon

« Ma femme a donc occupé ce poste pendant quinze ans et ceci pour un montant moyen de rémunération mensuelle de 3 677 euros net. Salaire parfaitement justifié pour une personne diplômée de droit et de lettres. »

C’est vrai mais…

François Fillon calcule une moyenne mensuelle de rémunération nette pour son épouse, et en conclut que ce niveau est tout à fait « justifié » à ses yeux. Il oublie certains points. Ainsi, entre janvier et août 2007, affirme Le Canard enchaîné, Penelope Fillon a touché 10 167 euros brut par mois, soit 7 829 euros net, c’est-à-dire plus que l’indemnité d’un député (hors frais) !
Si on se contente de la moyenne sur quinze ans calculée par le candidat de LR – qui cache des écarts de revenus parfois considérables – la rémunération perçue par Mme Fillon se situe au-dessus du salaire moyen des assistants parlementaires. Ce dernier atteint 3 358 euros… brut en moyenne par mois, pour les deux assemblées. Les assistants au Sénat sont mieux lotis que leurs homologues de l’Assemblée nationale, qui perçoivent en moyenne 2 643 euros brut, soit 2 035 euros net, bien en deçà du salaire touché par Mme Fillon.
« On brandit un montant d’un million d’euros pour faire sensation alors que les sommes sont en euros bruts. »

C’est vrai mais…

Fillon a raison : les sommes qui permettent d’arriver à près de un million d’euros de rémunérations de son épouse et de ses enfants sont effectivement comptées en brut et non en net. Mais il oublie un point : le calcul en brut permet ici de s’approcher de combien ont coûté les membres de sa famille au total, c’est-à-dire… au contribuable, qui abonde chaque année le budget de l’Assemblée. Il n’est donc pas illogique de compter en brut (auquel il faudrait rajouter encore 50 % de charges patronales payées par le Parlement, et donc l’argent public).
Du reste, les rémunérations de la seule Penelope Fillon, 831 440 euros brut, correspondent à 640 209 euros net, ce qui reste une somme importante.

Sur la réalité du travail de Penelope Fillon

« On dit “pas de badge à l’Assemblée nationale égale pas de travail”, c’est pourtant le cas d’une majorité de collaborateurs parlementaires. »

C’est vrai

Nombreux sont les collaborateurs parlementaires en circonscription qui ne disposent pas de badge d’accès à l’Assemblée ou d’une adresse e-mail à leur nom (@assemblee-nationale.fr).
Toutefois, une assistante parlementaire travaillant en circonscription affirmait il y a quelques jours sur LeMonde.fr qu’elle n’avait pas non plus de badge à l’Assemblée nationale et d’adresse e-mail à son nom, mais qu’il était aisé de « prouver » son travail par les nombreux échanges qu’elle avait avec des collaborateurs, des cabinets, des élus et des citoyens.
Par ailleurs, l’émission « Envoyé spécial » a ressorti, le 2 février, des extraits d’un entretien vidéo accordé par l’épouse de M. Fillon au quotidien britannique The Sunday Telegraph, en mai 2007. Penelope Fillon y assure alors n’avoir « jamais été son assistante ou quoi que ce soit de ce genre ». « Je ne m’occupe pas de sa communication », ajoutait-elle. Interrogé sur cette déclaration, François Fillon a laissé entendre que cette interview était dénaturée :
« Lorsqu’elle a fait cette déclaration, je vous rappelle que c’était dans une émission en anglais, pour un public anglais. La journaliste s’est approchée de mon épouse pour lui dire à quel point elle était choquée de l’utilisation de l’interview. »

C’est faux

Travaillant désormais pour le quotidien The Guardian, la journaliste britannique qui avait réalisé l’entretien, Kim Willsher, a assuré sur Twitter qu’elle avait strictement retranscrit les propos de Penelope Fillon :
« J’ai écrit ce qu’elle a dit. Nous avons filmé ce qu’elle a dit. Ce n’est pas une opinion. C’est un élément matériel. »
Kim Willsher @kimwillsher1
10 years ago I did an ITV with Penelope Fillon. I wrote what she said. We filmed what she said. This is not opinion. This is recorded fact.
22:58 – 4 Févr 2017
Dans un article publié le 2 février, elle raconte les conditions de la rencontre et analyse comment « cette interview d’apparence inoffensive pourrait finalement tuer la carrière politique » de M. Fillon. La journaliste a d’ailleurs réagi lundi aux propos du candidat de LR en répétant que « le reportage ne [l]’a pas choquée » et en demandant à M. Fillon de cesser de lui « attribuer ces propos faux ».
Kim Willsher @kimwillsher1
mug_b_w_normalNon M. #Fillon ! Les propos d’Envoyé Special n’ont pas été sortis de leur contexte. Le reportage ne m’a pas choqué. SVP. Cessez …(1/2)
18:27 – 6 Févr 2017
mug_b_w_normalKim Willsher @kimwillsher1
…de m’attribuer ces propos. L’interview et le film sont dans le domain publique. LES FAITS. SVP. (2/2).
18:28 – 6 Févr 2017
Le député de Paris a dans la foulée tweeté une capture d’écran de deux mails envoyés par la journaliste à sa femme, assurant qu’« elle regrettait que des déclarations soient publiées hors contexte ».
Lire mails ( en anglais )
François Fillon  ✔ @FrancoisFillon
Madame @kimwillsher1 a bien écrit à mon épouse. Elle regrettait que des déclarations soient publiées hors contexte.
22:08 – 6 Févr 2017
Problème : le mail dans lequel Kim Willsher regrette effectivement cette publication « hors contexte » est antérieur à la diffusion de l’émission, et concerne clairement les articles de presse qui ont reproduit, dans les jours précédents, les extraits de l’entretien publiés à l’époque par le Sunday Telegraph.
Dans le deuxième mail, qui est écrit, lui, en réaction à « Envoyé spécial », la journaliste explique simplement qu’elle a demandé à l’émission de ne pas présenter l’entretien de 2007 « hors contexte ». Et se dit simplement désolée, par ailleurs, que cet entretien cause « tant de chagrin » [à Mme Fillon]. Mais pas « choquée », donc.
Lire mails ( en anglais )

Sur le travail de ses enfants

« J’ai employé mes enfants, Marie et Charles, qui ont travaillé pendant quinze mois en 2005 et 2006 pour Marie, et six mois en 2007 pour Charles, comme collaborateurs parlementaires, pour un salaire mensuel net de 3 000 euros en moyenne pour chacun. Rien n’était dissimulé. Tous les contrats de travail dont je parle sont strictement légaux. »

C’est vrai mais…

Calculons donc comment M. Fillon parvient à ces fameux 3 000 euros mensuels : selon Le Canard enchaîné, Marie Fillon a touché 57 084 euros brut entre octobre 2005 et décembre 2006 ce qui ramène la moyenne à 3 800 euros brut, ou 2 926 euros net. Quant à Charles Fillon, il a perçu 26 651 euros brut entre janvier et juin 2007, soit six mois à 4 441 euros par mois, 3 420 euros net.
Ses enfants, qui étaient alors étudiants, ont donc touché 83 735 euros à eux deux, soit 3 070 euros net. Une rémunération très correcte, le salaire moyen des assistants parlementaires à l’Assemblée nationale étant d’environ 2 000 euros net.
Par contre, François Fillon n’a pas mentionné pendant sa conférence de presse les activités précises de Charles Fillon quand il était collaborateur parlementaire de son père. D’après les informations du Monde, le candidat de la droite a expliqué aux enquêteurs que son fils avait « travaillé au programme du candidat à l’élection présidentielle sur des sujets institutionnels » – soit pour la campagne de Nicolas Sarkozy, donc –, en étant rémunéré par l’Assemblée nationale. S’ils étaient avérés, ces faits pourraient être pénalement répréhensibles de détournement de fonds publics et financement illicite de campagne électorale.

Sur l’enquête confiée au parquet national financier

  1. Fillon s’est étonné de la rapidité de la justice à réagir aux révélations du Canard enchaîné, contestant même le bien-fondé de cette enquête préliminaire, ouverte le 25 janvier :
« Le parquet financier s’est saisi en vingt-quatre heures, alors qu’il n’était sans doute pas compétent pour se saisir de cette affaire. »

C’est faux

Le parquet national financier (PNF) est une instance récente, mise en place par décret le 29 janvier 2014, en réaction à l’affaire Cahuzac pour disposer d’une « force de frappe » réactive, comme le précisait, en 2014, la procureure Eliane Houlette, et dotée de moyens, notamment humains, les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF).
Son domaine d’intervention est très large : il couvre les délits boursiers et tout ce qui concerne la corruption et les atteintes à la probité (trafic d’influence, prise illégale d’intérêts, détournement de fonds publics…). Le PNF a notamment vocation, comme le précise une circulaire ministérielle, à se saisir « des affaires susceptibles de provoquer un retentissement national ou international de grande ampleur ».
En l’occurrence, l’enquête préliminaire a été ouverte pour « détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits », ce qui relève bien des missions du PNF, et le statut de M. Fillon, candidat à la présidentielle, laisse peu de doute sur le « retentissement national » de l’affaire.
Le parquet national financier a rappelé dans un communiqué, lundi soir, ces points juridiques, tout en assurant que l’enquête se déroulait « avec la célérité et la sérénité appropriées ».

Sur le contrôle du travail des assistants parlementaires

Lors de sa conférence de presse, François Fillon a été interrogé sur le contenu du travail de ses proches lorsqu’ils étaient assistants parlementaires. En effet, outre les soupçons d’emplois fictifs qui pèsent sur sa femme, Penelope, le candidat de LR aurait, selon les révélations du Monde, rémunéré ses deux enfants successivement au Sénat alors qu’ils effectuaient des missions éloignées du travail classique des assistants parlementaires : Marie Fillon aurait rédigé un livre politique à la fin de 2006 (La France peut supporter la vérité), et Charles Fillon aurait travaillé à une partie du programme du candidat Sarkozy en 2007.
Pour se défendre, M. Fillon explique que ses enfants avaient « constitué des bases documentaires », et que de toute façon, un élu n’a pas à justifier du contenu du travail de ses collaborateurs :
« En raison de la séparation des pouvoirs, personne n’a le droit de porter de jugement sur le contenu du travail [d’un assistant parlementaire]. »

Pourquoi c’est plus compliqué

Le candidat à la présidentielle défend une définition très extensible de la séparation des pouvoirs, un principe censé empêcher le pouvoir judiciaire d’interférer avec le pouvoir législatif. Faute de précédent, il est impossible de déterminer si un juge pourrait réellement condamner un député pour emploi fictif de son assistant.
En effet, malgré la multiplication d’affaires de ce genre ces dernières années (Pascale Boistard, Pierre Morange, Claude Bartolone…), aucune n’a donné lieu à des poursuites. Moins pour des raisons juridiques que pratiques : comme il n’existe pas de définition précise du travail d’assistant parlementaire, qui peut être très varié selon que la personne est à l’Assemblée ou dans une circonscription, en contrôler la réalité relève quasiment de la mission impossible.
S’il semble donc compliqué pour la justice de reprocher à un assistant parlementaire de ne pas travailler, des règles plus précises encadrent ce qu’il ne doit pas faire. Le code électoral lui interdit par exemple de participer à une campagne électorale pendant ses heures de travail, comme le rappelle la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques. Or, c’est précisément ce qui pourrait être reproché à Charles Fillon.
Lire aussi :   Affaire Fillon : qui sont les assistants parlementaires ?

Déontologie quand il était à Matignon

« Lorsque j’étais premier ministre, je n’ai cessé de resserrer les règles de transparence et de déontologie appliquées aux membres du gouvernement.
J’ai encadré l’utilisation des avions de l’Etat. J’ai renforcé les règles sur les appartements de fonction des ministres. (…) J’ai sanctionné des ministres pour des dépenses indues. »

C’est discutable

Comme l’avait révélé France Soir en février 2011 – soit près de quatre ans après l’arrivée de M. Fillon à Matignon –, « pour rentrer chez lui le week-end, le premier ministre a délaissé le Super Puma pour des avions gouvernementaux, le Falcon 900, puis le Falcon 7X ».
« Autorisé, mais légèrement absurde », commentait le quotidien, c’est un trajet que le premier ministre aurait pu faire en train, puisque la gare TGV de Sablé-sur-Sarthe (entre Angers et Le Mans) est à une heure vingt de la gare Montparnasse. France Soir calculait le coût, en privatisant toute une voiture d’un train pour des raisons de sécurité, à 5 800 euros aller-retour.
En avion, le premier ministre atterrissait à l’aéroport d’Angers-Marcé, à 45 kilomètres de sa résidence, le manoir de Beaucé, à Solesmes, le tout pour un coût de 27 000 euros, aller-retour pour un total de deux heures de vol.

« J’ai instauré la déclaration d’intérêt publique pour les ministres. »

A moitié

Si les ministres étaient bien tenus de faire état de leur patrimoine à leur entrée en fonction, et qu’en 2011, les ministres ont publié une déclaration d’intérêt minimale et « sur l’honneur », c’est une loi d’octobre 2013, qui a suivi l’affaire Cahuzac, qui a rendu cette déclaration d’intérêt publique et consultable.

Les questions non abordées

François Fillon n’a pas été interrogé sur l’autre volet de l’affaire : les sommes perçues par son épouse en tant que collaboratrice de La Revue des deux mondes, un emploi lui aussi soupçonné d’être en partie fictif.
Fillon n’a pas non plus levé le voile sur les clients et les contrats de sa société 2F Conseil, qui lui a rapporté plus de 750 000 euros entre juin 2012 et décembre 2015. « J’ai donné des conférences dans de nombreux pays et j’ai conseillé des entreprises, a-t-il simplement expliqué. Parmi elles, il y a l’assureur AXA, la société Fimalac et la banque Oddo. »
Or, la société Fimalac est la holding de Marc Ladreit de Lacharrière, qui est également le propriétaire de… La Revue des deux mondes. Comme le révèle Le Monde, les magistrats du parquet national financier s’interrogent sur le lien entre ces emplois et la remise de la grand-croix de la Légion d’honneur à M. Ladreit de Lacharrière en 2010, alors que François Fillon était premier ministre.
Lire aussi :   De nouveaux éléments de l’enquête fragilisent la défense de François Fillon
Les Décodeurs Journaliste au Monde

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Justice, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.