New York – Pour répondre à Trump, le MoMA expose des œuvres d’artistes musulmans

En réaction au décret anti-immigration, l’institution a mis en place un accrochage spécial d’œuvres d’artistes iraniens, irakiens ou soudanais.
Lire la suite

Accrochage anti-Trump au MoMA de New York

En réaction à la politique d’immigration de la nouvelle administration, le musée expose sept œuvres d’artistes iraniens, irakiens ou soudanais.
LE MONDE |  08.02.2017  | Par Stéphane Lauer (New York, correspondant)

le-monde-art05b_2017-02-07-6bba38f-819-1y0t2uj-2qq8bbj4i_ec17cbbf965dadc634eb5adba3a96b6d

L’œuvre « K+L+32+H+4. Mon père et moi », de l’Iranien Charles Hossein Zenderoudi, au Musée d’art moderne de New York, le 3 février.
Les messages politiques sont souvent portés par les artistes, plus rarement par les institutions culturelles. L’une des plus célèbres d’entre elles, le Musée d’art moderne de New York (MoMA), vient pourtant de prendre une initiative spectaculaire visant à faire entendre son opposition au décret anti-immigration signé le 27 janvier par Donald Trump.
Depuis le 2 février, le MoMA a en effet décidé d’exposer pendant plusieurs mois des œuvres d’artistes iraniens, irakiens ou soudanais. L’idée est d’envoyer un signe de solidarité avec les ressortissants de ces pays, ainsi que ceux de Somalie, du Yémen ou de Libye, que le nouveau président a tenté d’interdire de territoire américain, avant que cette décision ne soit elle-même bloquée par une décision de justice, le 3 février.
Lire aussi :   Donald Trump soulève l’indignation après son décret sur l’immigration

le-monde-11804563

Au cinquième étage du musée, une immense photographie de l’Iranienne Shirana Shahbazi,représentant une composition abstraite de trois boules de billard, a ainsi fait son apparition dans la salle consacrée à Marcel Duchamp et Man Ray.
Elle fait partie des sept œuvres qui, en raison de l’actualité, ont soudainement pris la place d’œuvres majeures de Matisse, Picasso, Burri ou Picabia. Sur le côté, un écriteau discret explique la démarche : « Cette œuvre est signée d’une artiste originaire d’une nation dont les citoyens sont interdits d’entrée aux Etats-Unis, suivant un décret présidentiel signé le 27 janvier 2017. D’autres œuvres similaires sont installées dans les galeries du cinquième étage afin d’affirmer les idéaux d’accueil et de liberté qui sont essentiels pour ce musée et pour les Etats-Unis. »
Lire aussi :   Donald Trump soulève l’indignation après son décret sur l’immigration
« C’est courageux pour un musée »

danse-matisseis

La Danse, de Matisse, côtoie ainsi désormais Mon Père et moi, une réalisation au feutre et à l’encre de couleur du pionnier de l’art moderne iranien, Charles Hossein Zenderoudi. Un peu plus loin, Moi et le village, de Marc Chagall, fait face à une vidéo de l’Iranienne Tala Madani. Réalisé à partir de deux cents images peintes qui s’animent, le film vise à dénoncer la faiblesse et le vice des hommes, nourris par l’arrogance et l’ignorance.
Enfin, les formes géométriques et sombres de l’Irakienne Zaha Hadid créent un curieux contraste avec La Bohémienne endormie, d’Henri Rousseau. « C’est très courageux pour un musée de prendre ainsi une telle position politique, estime Jessica Balnaves, une New-Yorkaise, qui est en train d’admirer une œuvre sans titre de Marcos Grigorian, un Russe d’origine iranienne. Je n’avais aucune idée de ce à quoi pouvait ressembler l’art iranien ou soudanais. Cette initiative permet à la fois de mesurer les différences culturelles et de prendre conscience de la richesse qu’apporte la diversité. »
L’idée d’exposer des artistes originaires de pays visés par le décret de Donald Trump s’est imposée juste après sa signature, au cours du week-end des 28 et 29 janvier, durant lequel des protestations ont immédiatement éclaté à travers le pays. « C’était en quelque sorte un geste d’intégration que nous voulions adresser à notre public et à notre personnel », résume Jodi Hauptman, conservatrice au MoMA.

le-monde-manifestants-sont-reunis-a-l-aeroport_e98244d7c88f0a8cd20d7a8450c99eec

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, International, Résistance, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.