Abattoirs – Deux-Sèvres – Niort : Les militants de L214 et le choc des photos

La Nouvelle République 19/02/2017

L214

Hier le groupe local L214 manifestait en silence dans le centre-ville de Niort en exhibant des images fortes Il organise aussi des « vegOresto ».
Tout le monde connaît ses vidéos volées dans les abattoirs. L’association de défense de la cause animale, relayée localement, est de plus en plus visible.
Bruno est foncièrement « antispéciste ». Le quadragénaire dénonce non seulement « la discrimination par l’espèce » mais milite désormais contre la consommation de viande animale. Ce samedi après-midi, comme une quinzaine d’autres membres du mouvement L214, le demandeur d’emploi exhibait dans le centre-ville des photos choc d’abattage de moutons, porcs ou volailles.
A l’origine de cette action, comme dans une trentaine de villes, Alexandra Cochet, ex-parisienne fraîchement installée à Niort, native de la Sarthe « le pays des rillettes », ironise-t-elle. Plusieurs années déjà que la créatrice de l’antenne locale, salariée d’une mutuelle, est engagée auprès l’association de défense de la cause animale.

l214ff650cf1e34b08e66b31cfd47151fc229eeaa14c

«  C’est contre la viande ?  »
A l’instar des opérations parisiennes « vegan place », alliant convivialité et militantisme, Alexandra a rassemblé une petite communauté en lançant il y a quelques mois un premier appel pour un « vegOresto » : « Nous nous sommes retrouvés à 35, végétariens et vegans. » Le groupe local L214 s’est structuré et une première initiative a été prise dès janvier dernier : « C’était la journée bonne résolution. Nous proposions aux gens de réduire leur consommation de viande. »
Loin des opérations commandos et les images insoutenables dans les abattoirs, les militants locaux s’emploient paisiblement à « ouvrir les yeux et à engager la discussion avec les passants, insiste Alexandra Cochet. L’idée n’est pas de provoquer les bouchers ! Dire que la viande, ce n’est pas juste de la viande. C’est un animal qui a brutalement perdu la vie. Et en consommant, on amène aussi les gens à travailler dans les abattoirs. » Géraldine, 38 ans, et « végétarienne depuis longtemps », a rejoint depuis peu le groupe qui s’est constitué sur Facebook, manifeste pour la première fois ses convictions dans la rue : « Toute petite j’étais sensibilisée à la cause animale, dit-elle. Au fil du temps et des reportages montrant des horreurs, j’ai décidé de m’engager. »
Le mode opératoire, des photos et tablettes diffusant des images fortes prises dans des abattoirs de Limoges ou du Vigan, se passerait de discours. De fait peu nombreux sont les passants à marquer le pas, sinon quelques mots de soutien furtifs. L’inverse est vrai aussi : « C’est contre la viande ? Alors vive la viande ! » Alexandre n’en perd pas son sourire : « C’est coutumier. »
Prochain rendez-vous en mai, « autour de la journée sans viande » (20 mai).
Contact sur Facebook : Info niort L214 Vego resto
J.R.
Deux-Sèvres

 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans animaux, Débats Idées Points de vue, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.