En Libye, les passeurs promettent aux migrants un secours en mer…

Le Canard Enchaîné – 22/02/2017 – J. C. –
Échec européen : les navires patrouilleurs qui devaient s’en prendre aux passeurs réduisent seulement le nombre de noyés.
Sept navires de guerre, dont une frégate française, quatre hélicoptères et trois avions de patrouille maritime sont à l’œuvre en Méditerranée. C’est à la suite d’une décision de l’Union européenne, prise en mai 2015, que cette flottille internationale a reçu et reçoit toujours pour mission de démanteler les réseaux de passeurs.
Baptisée « Sophia » cette opération a été approuvée un an plus tard, en juin 2106 par l’ONU, qui lui a confié le contrôle de l’embargo sur les trafics d’armes destinés à la Libye. Or, en ce qui concerne la surveillance du flux ininterrompu de migrants, l’échec est patent. Deux parlementaires français ont réalisé une enquête sur cette mission Sophia, et leur rapport, approuvé par la commission de la Défense de l’Assemblée, sera bientôt rendu public. Afin de bien comprendre la difficulté des objectifs poursuivis, Jean-David Ciot, député socialiste des Bouches-du-Rhône, et Alain Marleix, député LR du Cantal, se sont rendus à Roe, au QG de cette opération maritime et aérienne dont le patron est l’amiral italien Enrico Credendino. Et tous deux se montrent fort sévères à l’égard de cette initiative européenne qu’ils qualifient de « dérisoire« , tout en reconnaissant qu’elle a quand même permis de sauver des milliers de vies.

????????????????????????????????????

Commentaire des deux députés : « Vu les résultats modestes au regard des moyens engagés, Sophia n’a manifestement pas rempli la mission politico-policière pour laquelle elle [avait] été mise en place. »  Le mandat de l’Union européenne interdit en effet aux navires de pénétrer dans les eaux territoriales libyennes. Résultat : les passeurs rigolent, profitent de cette situation et font fortune, quand ils ne sont pas contraints de verser leur obole à des groupes terroristes ou aux milices locales qui prolifèrent au sein de l’ancien fief de Kadhafi.
Racket des pauvres
migrantsConclusion de rapport des parlementaires : « L’opération Sophia constitue pour les migrants une garantie supplémentaire d’atteindre les rivages européens. Les passeurs l’ont rapidement compris et ils ont adapté leurs modes opératoires : certains n’hésitent plus à ne fournir que le niveau de carburant strictement nécessaire aux embarcations pour sortir des eaux territoriales libyennes. A charge pour les migrants de passer ensuite des appels de détresse à destination des navires présents sur zone. Sophia a créé un appel d’air et s’avère incapable d’honorer son mandat (…). Et la situation perdurera tant que ces eaux territoriales libyennes resteront un sanctuaire pour les passeurs… »
Ce « procès » de l’initiative européenne est plus que mérité. Elle ne limite en rien le flux des migrants et ne permet pas toujours leur survie. Le Haut-commissariat aux réfugiés de l’ONU a en effet dénombré 3 800 disparus en mer durant l’année 2016, qur les quelque 330 000 hommes, femmes et enfants qui ont tenté de traverser la Méditerrannée avant de revenir à leur point de départ. Et le spectacle est sans fin. En Libye, des dizaines de milliers de migrants attendent de pouvoir gagner l’Europe, tandis que des djihadistes et des miliciens en tous genres profitent du remarquable chaos provoqué par la guerre menée, en 2011, par Nicolas Sarkozy et David Cameron.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Droit de l'humain, Europe, International, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.