Sputnik, ce cancer Russe qui étend ses métastases

Charlie Hebdo – 22/02/2017 – Iegor Gran –
Après avoir perturbé l’élection américaine et favorisé l’arrivée de Trump à la Maison-Blanche, le Kremlin prend pour cible l’Europe. Avec toujours le même objectif : faire gagner ses protégés ou, à défaut, nuire, salir, saboter.
Il fallait s’y attendre. Depuis que Macron a distancé Fillon dans les sondages, les agressions contre le site du mouvement En marche ! – avec tentatives d’intrusion das les bases de données, blocage du site par attaque de déni de service et opérations d’hameçonnage- sont devenues massives. L »origine du tapis de bombes ne fait guère de doute non plus – la plupart des adresses IP pointent vers les pays d’Europe de l’Est, en particulier l’Ukraine, plaque tournante traditionnelle des hackers russes et indispensable faux nez pour éviter un traçage trop évident. Tout faire pour nuire à Macron semble être le mot d’ordre de la fachosphère inféodée à Poutine.

An illustration picture shows a projection of binary code on a man holding a laptop computer, in an office in Warsaw June 24, 2013. REUTERS/Kacper Pempel (POLAND - Tags: BUSINESS TELECOMS TPX IMAGES OF THE DAY) - RTX10ZB5

C’est que le Pénélopegate a été une douche froide à Moscou, où l’on a beaucoup misé sur le caporal Fillon. On comptait sur sa complaisance pour lever les sanctions, reconnaître l’annexion de la Crimée et affaiblir durablement l’Europe. Certes, le « nirvana » Marine Le Pen serait sans doute encore plus doux, se disait-on au Kremlin, mais ne rêvons pas, élection après élection, le FN bute sur ce fameux plafond de verre qui semble infranchissable. Alors, va pour le brave Fillon, l’homme qui a salué si chaleureusement l’opération militaire en Syrie et qui s’est tant démené pour nous vendre les Mistral malgré nos faits d’armes en
imagesGéorgie. Dans cette mission de déstabilisation, en plus de ses hackers, le Kremlin peut compter sur ses chaînes de propagande en français, RT et Spunik, qui diffusent sur Internet un astucieux potage. Sur un substrat d’images bucoliques de la Russie éternelle (tigres de Sibérie, églises à oignons), d’informations politiquement neutres (les résultats d’un match de foot), et appâts à clics (« Des photos de Marylin Monroe enceinte publiées pour la première fois »), on y cultive des interviews de personnalités proches du Kremlin (« Bachar-al-Assad : la France est responsable des tueries en Syrie »), des narrations d’extrême droite (« Marine Le Pen est soutenue par la jeunesse plus que tout autre candidat à la présidentielle française », Maria, 19 ans, tuée par un réfugié : l’assourdissant silence de la télé allemande »), et de la désinformation pure (« le but final de la percée des troupes de l’Otan, à défaut d’avoir pu s’approprier la Crimée et le Dombass »). On endort en somme le visiteur pour lui inoculer, par petites touches mielleuses, la vision poutinienne du monde.
Vierges effarouchées
Un travail vicieux et patient, même s’il arrive souvent que Sputnik et RT se fassent prendre en flagrant délit de de diffusion d’informations totalement fabriquées. Un des cas les plus emblématiques a été l’histoire de Lisa, une adolescente de Berlin, d’origine russe qui a fait une fugue et vécu deux jours chez une amie. « Une adolescente russe violée à Berlin par des migrants », a titré Sputnik sans ciller, relayant un fake inventé par la première chaîne nationale russe (Perviy Kanal).
Rt et Sputnik se mobilisent donc pour Fillon et reprennent la rengaine du complot, fustigent les médias « qui chassent en meute » et le « système » qui veut « briser un homme« . La défense de leur chouchou se détériorant rapidement, on comprend qu’il faut changer de stratégie. On passe au plan B – abattre le rival, anéantir Macron. Vite, lancer une rumeur ! Problème, les hackers n’ont encore rien trouvé de croustillant. Qu’à cela ne tienne, on fait courir le bruit qu’il y aurait quelque chose. En brave marionnette de Moscou, Julien Assange s’est fendu d’une déclaration au journal russe Izvestia. « Nous possédons des informations intéressantes concernant l’un des candidats à la présidence française, Emmanuel Macron. Les données proviennent de la correspondance privée de l’ex-secrétaire d’État américain, Hillary Clinton. » On n’en saura pas plus, mais l’imagination est utilisée. « WikiLeaks s’apprête à publier des informations beaucoup plus troublantes », affirme aussitôt Sputnik sans jamais préciser lesquelles. De l’art de taper dans le vide pour faire tambourin. Distiller le soupçon, toujours. En parallèle, le député LR Nicolas Dhuic, poutinolâtre patenté, affirme sur Sputnik International (la version anglaise de Sputnik) que Macron est soutenu par un « riche lobby gay« . L’info est aussitôt reprise par toute la fachosphère qui s’en donne à cœur joie.
Quand les responsable d’En marche se plaignent dans une tribune au Monde et parlent d’ingérence dans les élections françaises, Sputnik et RT jouent les vierges effarouchées, crient à la paranoïa russophobe, appellent Jacques Sapir à l’aide. Dans un article fielleux, ce fidèle de Poutine tente laborieusement d’argumenter que les accusations contre la Russie sont bien la preuve qu’il y a un « lobby Macron« , soutenu comme il se doit par la « finance internationale« . Ingérence ? Manipulation ? Mais non, voyons c’est de « l’information alternative » dans un monde « multipolaire ».
170112-fillon-pro-poutine-lasserpeEn 2016, les audiences de Sputnik et de RT ont montré de belles progressions (262 000 abonnés à la page Facebook de Sputnik France, 37 000 abonnés sur Twitter). est-ce parce que les articles sur les élections françaises sont systématiquement illustrés par des images flatteuses de Marine et de Fillon – souriants, ouverts au dialogue, regard pétillant, port de tête princier, tandis que Macron ou Merkel ont l’air sinistres, abattus ou niais ? De son côté, RT met les bouchées doubles pour lancer une véritable chaîne télé en français, avant nos élections. On se demande bien pourquoi.
Lire aussi : Sputnik, l’arme de propagande russe, arrive en France (L’Obs – 02/02/2015)

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Médias, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.