Europe -Sommet de Versailles : pour une UE à plusieurs vitesses

Le Monde 07/03/2017

 Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, la chancelière allemande, Angela Merkel, le président français, Francois Hollande, et le président du conseil italien, Paolo Gentiloni (de gauche à droite), dans la galerie des glaces à Versailles, le 6 mars. MARTIN BUREAU / AFP
Les dirigeants français, allemand, espagnol et italien ont plaidé lundi d’une seule voix pour une Europe à plusieurs vitesses censée tirer le projet commun de l’ornière.

( AFP /
« L’unité n’est pas l’uniformité », a souligné François Hollande, hôte de ce mini-sommet auquel ont été conviés, au château de Versailles, l’Allemande Angela Merkel, l’Espagnol Mariano Rajoy et l’Italien Paolo Gentiloni. « C’est la raison pour laquelle je plaide pour qu’il y ait de nouvelles formes de coopération, pour de nouveaux projets, ce que l’on appelle des coopérations différenciées », a-t-il expliqué. Ainsi, selon lui, « quelques pays » pourraient « aller plus vite » et « plus loin dans des domaines comme la défense, comme la zone euro, à travers l’approfondissement de l’Union économique et monétaire, comme l’harmonisation fiscale et sociale, comme la culture ou la jeunesse ». Il s’agirait d’« aller plus vite et plus fort à quelques pays », mais « sans que d’autres en soient écartés » et « sans que d’autres ne puissent s’y opposer », a-t-il précisé.
Les dirigeants des quatre pays les plus peuplés de l’UE à 27 (sans le Royaume-Uni) retrouveront leurs homologues européens dès jeudi à Bruxelles, nouvelle étape avant un sommet censé relancer le projet européen, le 25 mars dans la capitale italienne.

( AFP /
Ces projets risquent toutefois de se heurter aux nombreuses incertitudes qui pèsent sur le Vieux Continent avec des élections (présidentielle et législatives) en France, mais aussi aux Pays-Bas le 15 mars ou en Allemagne le 24 septembre.
Dans un long entretien rendu public hier, M. Hollande a souligné que la « méconnaissance de ce qu’est l’UE » manifestée par le président américain Donald Trump obligeait précisément l’Europe « à lui démontrer sa cohésion politique, son poids économique et son autonomie stratégique ». Le chef de l’Etat français a insisté sur l’Europe de la défense, susceptible, selon lui, de « relancer » le projet commun. Mais pour ne froisser personne et éviter d’apparaître en « prescripteurs », les quatre dirigeants se sont gardés hier de toute annonce concrète.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Europe, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.