La pub fait le trottoir

Le Canard Enchaîné – 08/03/2017 – Pr C. –
Attention où vous allez marcher : de la pub va bientôt fleurir sur les trottoirs de Lyon, de Nantes et de Bordeaux. La société Biodegr’AD prévoit d’inonder le macadam de ses clean tags (des tags biodégradables) pendant dix-huit mois… Curieux : l’article R418-3 du Code de la route interdit pourtant la publicité sur les trottoirs et les chaussées. La loi aurait-elle brutalement changé sans qu’on le sache ? 
Non. C’est encore mieux. Dans son argumentaire de presse, la Direction générale des entreprises du ministère de l’Économie, qui s’apprête à lancer, le 20 mars, en grande pompe et à l’Élysée, ce projet dans le cadre d’une vaste opération intitulée « France expérimentation », précise que, « depuis le 28 mars 2003, la Constitution française (article 37-1), autorise les dérogations temporaires à certaines dispositions réglementaires afin de tester et d’évaluer en conditions réelles les conséquences d’une nouvelle réglementation« .
En juin, toutes les entreprises souffrant d’injustes règlements mettant un frein à leurs affaires ont été invitées à proposer leurs projets à Bercy. Parmi les 29 gagnants, Biodegr’AD, qui veut imprimer ses pubs sur les trottoirs à grand coups d’eau à haute pression projetée sur des pochoirs ah hoc. Il paraît que ce sera très beau, et très bio, toutes ces pubs pour Vinci, Veolia, SFR,etc.
Macadam cobaye
Parmi les autres gagnants, un projet d’aquaculture proposant de nourrir les poissons avec des insectes (ce qui est aujourd’hui interdit), un autre proposant d’irriguer des parcelles agricoles avec de l’eau urbaine usée (Veolia aimerait beaucoup légaliser ce procédé)… Thomas Bourgenot, du collectif Résistance à l’agression publicitaire (1), est en colère : « Nous sommes très remontés contre la pub au sol, car c’est le dernier endroit de la ville où l’on peut éviter d’être agressé par les messages publicitaires.« 
Merci Bercy !

(1) Lire : Pub au sol : petit cadeau de fin de mandat (08/03/2017)

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Médias, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.