En 2017, je déconnecte

Sens & Santé – N°1 – mars-avril 2017 –
Depuis le 1er janvier 2017, les entreprises française de plus de 50 salariés doivent garantir un droit à la déconnexion de leurs salariés (article 55 de la loi Travail). Une première mondiale.
En pratique, l’employeur doit élaborer une charte définissant les modalités de ce droit à la déconnexion et sensibiliser ses employés « à un usage raisonnable des outils numériques« . La réponse aux e-mails ou aux appels en dehors du temps de travail ne peut par exemple être imposée. Si les contours de cette nouvelle loi sont encore flous, ils ont le mérite d’engager une réflexion utile.
D’ailleurs, bien avant elle, de grandes entreprises ont déjà instauré des coupures de leur serveur de courriels sur certaines plages horaires. d’autres vont plus loin. Aux États-Unis, l’entreprise Intel expérimente des »journées sans e-mails » ou des « matinées silencieuses » sans courriels, ni téléphone, ni réunions. L’objectif ? Limiter les sursollicitations et améliorer la productivité des employés.
En Allemagne, la firme automobile Daimler a quant à elle, mis au point un ingénieux système : « Mail on Holiday », qui permet aux employés d’activer une fonctionnalité effaçant tous les courriers électroniques reçus durant les vacances, tout en avertissant les expéditeurs.
« Tous les deux mois, je vous propose de cultiver votre santé comme un art de vivre. Vous offrir un magazine riche, inspirant et ouvert à toutes les médecines, où votre corps et votre esprit pourront se ressourcer. »  (Elisabeth MarshallRédactrice en chef)

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Médias, Travail, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.