Écologistes un jour, tripatouilleurs toujours

« J’ai décidé d’apporter mon soutien à la démarche, au projet et donc à la candidature d’Emmanuel Macron« , a annoncé Barbara Pompili mardi 21 mars sur franceinfo. La secrétaire d’État chargée des Relations internationales sur le climat et de la Biodiversité est la première membre du gouvernement à apporter ouvertement son soutien à l’ex-ministre de l’Économie. (RTL)
La Décroissance – N°118 avril 2015 – Vincent Cheynet
Rugy, député de Loire-Atlantique, quitte EELV en compagnie de Pompili, Lambert, Placé et quelques autres à l’été 2015. L’idée est simple : puisque Hollande coule, il ne dédaignera pas de telles rustines. Politicard électoraliste affiché, il déclare être là pour « séduire les électeurs« . Goullet de Rugy (son nom complet) a au moins un mérite : l’honnêteté quant à son ambition.  Il veut être ministre, le dit, et fera tout pour y arriver, « même contre l’avis du parti » (Le Figaro 18 mars 2015), parti auquel il doit pourtant tout Il crache donc sa bile contre les derniers vrais écologistes. Mais Rugy va plus loin encore. Il vomit publiquement les zadistes de Notre-Dame-des-Landes, milite pour la déchéance de nationalité, semble prêt à offrir son corps et son âme. Un tel larbin est-il nécessaire ? Hollande et Valls l’oublient au moment du remaniement.
Placé, infiniment plus retors, reçoit un secrétariat d’État. Il a exactement quatorze mois pour rendre plus simple le fonctionnement de l’État. Il doit en rire lui-même.
Pompili, bombardée secrétaire à la biodiversité, sans administration ni budget a quatorze mois pour faire reculer la crise d’extinction des espèces. C’est comme si c’était fait. 

Quarante ans après René Dumont, il y a donc un côté surréaliste à observer Rugy et son acolyte, l’ex-coprésidente du groupe EELV Barbara Pompili. Tous deux ressemblent à s’y méprendre à un couple de présentateurs de BFM business ou d’une chaîne d’info en continu. Ils n’ont d’ailleurs rien à craindre de ces journalistes dont ils sont les clones et qui dégoulinent de bonheur devant eux. Voici comment, l’espace de quatre décennies, le meilleur, l’écologie politique, a pu accoucher du pire : Europe Écologie Les Verts. Comment le projet de société le plus subversif arrivé sur la scène politique ces quarante dernières années a pu se transformer en plus parfaite entreprise de gardiennage de l’européisme béat libétal-libertaire. Une nouvelle illustration que le système rattrape, digère tout, et surtout absorbe en priorité ses éléments les plus dissidents pour les transformer en ses figures de proue.

Barbara Pompili et François De Rugy

Paris 20/12/12 Barbara POMPILI et François DE RUGY, co-présidents du groupe écologiste, à  l’Assemblée Nationale.
Vraiment, François de Rugy et Barbara Pompili, sont quasiment parfaits. Il est impossible de leur répondre tant ils ne sont que dans la posture. Au moins, une Dominique Voynet ou un Noël Mamère avaient encore un côté humain à travers leurs défauts affichés : la première avec son côté soupe-au-lait et le second avec sa faconde de vieux pirate politicard.
Et si ces personnages au profil d’androïdes étaient déjà des robots ? Un doute m’assaille. Les ordinateurs qui dictent leurs ordres à la Bourse ont-ils, comme dans le film Terminator, déjà créé des cyborgs évoluant parmi nous pour établir la tyrannie des machines ? Ne nourrissons pas la théorie du complot, mais quand même…
IMAG1017

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, Politique, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.