Le plein d’énergies positives [commentaire]

Ouest-France 02/04/201 Philippe LEMOINE.

Il fut un temps où l’écologie flirtait avec l’utopie et la vie en communauté… On rêvait d’un monde plus solidaire, d’harmonie avec la nature, d’une vie plus lente. En réalité, tout est allé beaucoup plus vite…
Nos sociétés occidentales se sont enivrées de progrès industriels, de croissances infinies, respirant jusqu’au vertige les vapeurs de pétrole.
La conférence mondiale sur le climat, la COP 21, l’a montré : l’heure de payer la facture a sonné. Le réchauffement climatique est déjà là, ses conséquences aussi. Depuis quarante ans, chaque décennie est plus chaude que la précédente, les glaciers fondent, le niveau des océans grimpe, menaçant la vie, pourrissant les sols. Les phénomènes climatiques extrêmes se multiplient. Ils frappent en premier les plus démunies des populations du Sud, celles qui n’ont pas goûté aux délices de notre confort. L’injustice de trop…
Il faut l’entêtement aveugle d’un Poutine ou d’un Trump pour balayer d’un coup de menton des années de recherches scientifiques, pour nier sans vergogne la part de l’homme dans le dérèglement climatique. L’un vise les richesses de l’Arctique, l’autre entend relancer l’industrie du charbon et dénoncer l’engagement américain sur l’accord sur le climat. Ils sont les ténors aboyants d’un monde qui a vécu. Des colosses aux pieds d’argile, cherchant dans l’immédiateté, puissance et profit, aux dépens des générations futures.
La réflexion sur notre développement économique ne peut faire l’impasse sur cette réalité : la vraie modernité est celle qui ne met pas en péril la planète, ses ressources et ses habitants. Le risque nucléaire dont Fukushima a été la terrible preuve, la dépendance aux hydrocarbures, doivent nous inciter à explorer d’autres voies dont les énergies renouvelables sont l’une des pistes. Pour relever ce défi, une autre forme d’écologie est en train d’émerger : celle qui fait le pari d’une croissance verte. Quand le chômage tutoie les sommets, elle ouvre la voie d’une alternative vertueuse capable de créer des richesses et des emplois sans davantage porter atteinte à nos écosystèmes.
Partout dans le monde, de jeunes entreprises fourmillent d’idées novatrices, elles repensent notre rapport à la nature de façon positive. Le combat de Bertrand Piccard s’ancre également dans ce vert sillon. L’explorateur ne stigmatise pas notre besoin de voyager, il en bouscule les codes. Quand il a eu l’idée d’un avion volant à l’énergie solaire, des ingénieurs aéronautiques lui ont ri au nez. Quand Solar Impulse a décollé, ils ont parié sur son crash. Quand le tour du monde a été bouclé, ils se sont enthousiasmés pour l’idée…

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Energie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.