Dites non aux industries polluantes

WeMove.EU (04/04/2017) – Marine Gauthier (Paris), Martin Caldwell (Berlin-Londres), Julia Krzyszkowska (Varsovie), et toute l’équipe WeMove.EU, un mouvement ouvert à toutes celles et ceux militant pour une meilleure Union européenne, attachée à la justice sociale et économique, à la gestion durable de l’environnement, et à l’implication des citoyens dans les processus démocratiques.

Des nuages noirs au-dessus de nos villes, des pluies acides qui détruisent nos forêts, du mercure qui empoisonne notre nourriture, nos enfants qui deviennent asthmatiques : brûler du charbon ne fait pas que détraquer le climat, cela nous rend malades. La France, qui pourtant n’est pas un grand pays producteur de charbon, est l’un des pays à souffrir le plus de ces nuages toxiques… la pollution n’a pas de frontière, et nous n’en voulons plus !
Ça suffit ! Il s’agit ici de passer un message clair : nous ne voulons plus d’énergies polluantes comme le charbon ou dangereuses comme le nucléaire. Nous voulons une Europe des énergies renouvelables, propres. Mais les grandes entreprises qui se font de l’argent en polluant ne vont pas nettoyer d’elles-mêmes leurs centrales à charbon : nous devons les y forcer. Et aujourd’hui nous avons une chance d’y arriver. Il faut agir vite : cette occasion est en train de nous glisser entre les doigts.
La Commission européenne propose de nouveaux plafonds de pollution de l’air qui obligeraient l’industrie du charbon à faire son grand ménage de printemps. Si assez de pays soutiennent cette proposition, nous pourrions sauver plus de 20 000 vies par an !
Mais à quelques semaines seulement du vote final du 28 avril, cette réglementation cruciale qui sauverait des vies est en danger. Elle risque de ne jamais voir le jour à cause du lobbying implacable des industriels. Les pays-clés — ceux dont nous avons besoin — commencent à hésiter ou proposent de remettre le vote à plus tard. Mais chaque jour de retard coûte la vie à 63 personnes comme vous et moi.
C’est à nous d’agir ! Le vote approche et nous pouvons l’emporter. Pour cela nous avons besoin de mobiliser toute la puissance de notre communauté. Nous devons être sûrs qu’au moins deux pays de plus soutiennent les nouveaux plafonds lors du prochain vote et placent notre santé au-dessus des intérêts des industriels. Nous n’avons que quelques jours avant que ces pays ne décident dans quel sens voter. Nous organisons des actions dans l’espace public faire entendre nos voix pour un air plus sain et un environnement plus propre – nous crierons plus fort que le lobby des industriels. Pour cela, chacun d’entre nous doit se mobiliser.
Après des années de tergiversations, de longues consultations auprès de chacun des intervenants et des centaines de morts inutiles, la Commission européenne a proposé un ensemble de nouveaux standards en matière de pollution industrielle. Nos gouvernements, réunis au sein d’une commission sur les émissions industrielles, doivent voter dans quelques semaines, le 28 avril très exactement. Une fois mise en place, la réglementation obligera le secteur des énergies fossiles à adopter les « meilleures techniques disponibles » et à décontaminer notre air pollué par la combustion du charbon.
Le charbon a un coût exorbitant pour l’environnement et la santé. Une nouvelle réglementation aurait dû être adoptée en 2014. Depuis, l’inaction en matière de pollution au charbon a été responsable de :
  • Plus de 50 000 morts prématurées
  • 1,3 million de crises d’asthme
  • 30 000 nouveaux cas de bronchite chronique
  • 15 millions de journées de travail perdues pour arrêt maladie
Si nous veillons simplement à ce que chaque centrale à charbon en Europe applique des technologies éprouvées — que le secteur connaît pourtant depuis les années 80 — nous pourrions réduire les morts dues au charbon de 85 % et sauver plus de 20 000 vies chaque année. Nous laisserions aussi nos enfants grandir en respirant un air plus sain.
Mais le lobby véreux du charbon freine face aux nouveaux plafonds d’émissions. Si cette réglementation était mise en place, abîmer notre santé et détruire notre environnement deviendrait hors de prix pour ce secteur sur le déclin. Les lobbyistes utilisent toutes les ficelles à leur disposition pour retarder le processus et font feu de tout bois pour mettre la pression sur nos gouvernants. Et ils parviennent presque à leurs fins : deux pays clés dont le vote est décisif pour que la proposition soit adoptée (l’Allemagne et le Royaume-Uni) sont en train d’hésiter.
Signez ici pour sauvegarder notre air de la pollution au charbon !
C’est là que nous entrons en scène ! Nous voulons être certains que ceux qui vont prendre des décisions sachent que leurs citoyens et électeurs les tiendront pour responsables. Grâce à la force de notre communauté, nous allons tous ensemble mettre la pression sur les ministres des pays-clés, ceux qui peuvent faire basculer le vote. Nous allons les inonder de demandes d’action contre cette pollution mortelle due au charbon, en 6 langues, depuis chaque pays européen. Mais nous devons agir dès à présent, avant qu’ils ne décident dans quel sens voter.
S’il vous plaît : signez notre pétition !  Merci !

[1] Le nuage noir de l’Europe : les pays qui exploitent le charbon nuisent à leurs voisins : http://www.env-health.org/policies/climate-and-energy/europe-s-dark-cloud/

[2] EEB, l’horloge de la mort : http://www.eeb.org/index.cfm?LinkServID=E3882544-5056-B741-DBB3E8DE57F619F6

[3] Les pays clés, dont la décision peut faire basculer le vote, sont l’Allemagne et le Royaume-Uni. Le soutien de la France, des Pays-Bas, de l’Italie et de l’Espagne est capital pour l’adoption de nouveaux standards.

[4] (En français) http://env-health.org/IMG/pdf/04072016_-_press_release_dark_cloud_french_.pdf

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Energie, Europe, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.