A Paris, des pubs 4 fois plus petites sur les trottoirs

Biocontact magazine – avril 2017 –

© Alain FISCHER 2012 – Ville de Grenoble -.

La mairie de Paris vient d’annoncer  que, dans le cadre de  son nouveau contrat de mobilier  urbain, les 350 panneaux comportant une face publicitaire  de grand format (8 m2),  toujours en place mais dont les  jours sont désormais  comptés,  vont enfin disparaître du paysage. 
Il s’agit en l’occurrence de la  mise en œuvre de l’une des  mesures adoptées au cours de  la révision du règlement local de publicité (RLP), dont les travaux   avaient débuté en 2003 et  qui n’avaient finalement abouti, après de multiples  manœuvres et pressions de certains afficheurs pour enrayer le processus, que… 8 ans plus tard !
Ce projet, voté à l’unanimité par le conseil de Paris le 21 juin 2011, fixait notamment à 2 m2 la surface maximale des publicités sur mobilier urbain, avec entrée en vigueur au 31 décembre 2017, au terme du contrat avec l’afficheur JCDecaux.
Or c’est grâce à Paysages de France que sera appliquée cette mesure dont la portée dépasse de loin la capitale, puisqu’elle
devrait également servir de référence au niveau national. L’association, qui en avait notamment fait une question de principe, avait alors multiplié les démarches et fait feu de tout bois.
Le règlement local de publicité de Paris reste encore et toujours un énorme cadeau aux afficheurs. En effet, compte tenu de l’extrême richesse du patrimoine architectural parisien, en l’absence de RLP 80 % du territoire de Paris serait interdit
à toute publicité, y compris sur le mobilier urbain. Seule la mise en place d’un règlement permet en effet de déroger aux dites interdictions. Il suffirait donc que la maire de Paris décide d’abroger le règlement de publicité pour que des milliers
de panneaux deviennent illégaux ! Il faut donc que les afficheurs se rappellent qu’ils bénéficient de privilèges exorbitants
et n’oublient pas le pouvoir de la mairie de Paris !
D’importantes lacunes restent à combler, concernant par exemple les enseignes dites temporaires, dont la surface est illimitée, les scandaleuses bâches publicitaires, admises au cas par cas depuis le Grenelle de l’Environnement mais qui prolifèrent à Paris, ou encore la surface des publicités installées sur le domaine privé, quatre fois plus importante que celle admise désormais sur le domaine public. Cette réglementation est maintenant suivie par Grenoble, Toulouse et bien d’autres villes
Maison des cyclistes / 12, rue des Bouchers / 67000 Strasbourg / Site : www.fub.fr /
Paysages de France 5, place Bir-Hakeim  / 38000 Grenoble / Site : www.paysagesdefrance.org

Comment détecter les panneaux illégaux ? Guide pratique sur la réglementation.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Consumérisme, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.