La FNSEA change de tête, pas de politique

Charlie Hebdo – 05/04/2017 – Fabrice Nicolino
Christiane Lambert devrait être, le 13 avril, à l’issue d’un congrès, la nouvelle présidente de la FNSEA. Ce syndic(at) de faillite accompagne la mort des paysans en France depuis sa création, en 1946. Il y avait 10 millions d’actifs agricoles à la sortie de la guerre, et il en reste probablement autour de 800 000 dans un pays passé dans le même temps de 40 millions d’habitants à 67 millions.
Fernand Braudel, dans son livre posthume L’identité de la France, considérait ça, lui qui avait vécu deux guerres mondiales, comme l’évènement le plus marquant du siècle. Et il écrivait : « La population rurale a lâché pied, laissant tout en place, comme on évacue en temps de guerre une position que l’on ne peut plus tenir. »
Or la FNSEA a cogéré la totalité des dossiers publics depuis au moins 1958. Avec dans son jeu des ministres comme Pisani, au temps de De Gaulle ou Henri Nallet à l’époque de Miterrand. Si Madame Lambert prend aujourd’hui le manche,c’est parce que l’ancien président, Xavier Beulin, vient de mourir. Coexploitant de 500 hectares de céréales, président du groupe Avril, ex-Sofiprotéol, géant transational de l’agro-industrie pesant 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires, il était une caricature du productivisme. 
Lambert élève des porcs, renouant ainsi avec une longue lignée de présidents de la FNSEA éleveurs, comme Debatisse ou Lacombe. Sur le papier, ce changement à la tête de l’organisation syndicale serait une assez bonne nouvelle, car il était difficile d’imaginer pire que Beulin. Mais Lambert n’a encore jamais fait valoir son opposition à la tuerie programmée des campagnes et de leurs habitants.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Agroalimentaire, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.