Une ancienne résistante de 93 ans oblige des militants FN à quitter un hommage aux déportés

20 minutes – 02/05/2017 – M. C. –
HOMMAGE « Ils n’ont pas leur place dans une cérémonie sur la déportation, alors qu’ils crient partout que ça n’a pas existé », a expliqué Christiane Cabalé, ancienne déportée de Ravensbruck…
L'ancienne résistante Christiane Cabalé à Saint-Nazaire.L’ancienne résistante Christiane Cabalé à Saint-Nazaire. – Capture d’écran/Twitter
Avant même la cérémonie, Roger Ducastel, fils de déporté, et Guy Texier, du Comité du Souvenir de la Résistance en Loire-Inférieure, invitent ouvertement les membres du Front national à quitter un lieu « où ils n’ont pas leur place ».
Les frontistes ne bougent pas alors que des militants du Parti communiste déploient une banderole où est inscrit  « Le FN n’a aucune légitimité à saluer la mémoire des victimes du fascisme. Qu’il dégage. » 
La cérémonie poursuit malgré tout  en présence d’une centaine de personnes. Un moment chargé d’émotion durant lequel se sont succèdent des chants (La Marseille, Nuit et brouillard...), de textes d’anciens déportés lus par des lycéens et un dépôt de gerbes.
A la vue des militants d’extrême droite, le sang de Christiane Cabalé n’a fait qu’un tour. « Je ne ferai pas de discours mais juste dire que la présence du Front national, ici, est une honte et une insulte à nos amis disparus. Je vous demande de sortir », a déclaré au micro la femme de 93 ans, ancienne déportée de Ravensbrück, lors d’une cérémonie en hommage aux victimes et héros de la déportation, dimanche à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).
Les deux personnes visées ont fini par quitter la salle alors que la déclaration de la résistante était saluée par des applaudissements, comme le rapporte Ouest-France.
Christiane Cabalé, médaillée du Sénat, solide témoin de la Résistance et de la Déportation. Originaire de Nantes, elle a 18 ans lorsque la police l’arrête avec ses parents. Leur maison servait de « boîte aux lettres » à la Résistance. Armes, tracts et matériel y transiraient pour le réseau. A la Libération, Christiane à 21 ans, elle ne pèse que 36 kg. Employée à la SNCF, puis restauratrice à Saint-Nazaire, elle prend sa retraite et devient passeur de mémoire dans les collèges et lycées. Aujourd’hui encore, elle témoigne à domicile, « les classes d’histoire viennent chez moi ».

 

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Politique, Social, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.