Les produits ménagers « d’antan » ont la cote

Ouest-France – 06/05/2017 – Julie Cateau –
Les marques utilisent de plus en plus les recettes de grand-mère comme argument de vente.Les marques utilisent de plus en plus les recettes de grand-mère comme argument de vente. | Marc Ollivier
Bicarbonate de soude, vinaigre blanc, savon noir… Ces produits associés aux pratiques de nos aïeuls reconquièrent les rayons des supermarchés.
Du nettoyant au bicarbonate pour Saint-Marc, à l’huile de lin pour Carolin, en passant par l’éponge Spontex « secret d’antan », les marques surfent sur la vague des recettes de grand-mère. Jacques Briochin roule bien avec son savon noir , Starwax, leader sur le marché des magasins de bricolage, a lancé une gamme à l’étiquette vintage.
Pour Jean-François Tchernia, sociologue à l’université Paris-Diderot, « les recettes anciennes ont un côté madeleine de Proust dans un monde où on découvre des dangers, notamment sur les produits d’entretien ». LSA, le magazine spécialiste de la consommation, observe une forte tendance autour des « valeurs refuges » : efficacité, qualité et durabilité. A corréler avec l’autre tendance, celle des produits écologiques, et l’attrait pour des produits plus naturels.
Des labels créés
Mais une étude de l’association UFC Que Choisir de novembre prévient : « Le clin d’œil appuyé des industriels aux recettes de grand-mère est un argument publicitaire qui monte en flèche mais ne garantit pas l’efficacité. La concentration en ingrédient naturel est parfois minimale. » Par exemple, le produit Carolin « enrichi en bicarbonate » ne contient que 0,1 % de bicarbonate après teste en laboratoire.
Et en 2014, l’association 60 millions de consommateurs rappelait que « ces ingrédients ne sont pas forcément exempts de défauts. Le terme « vinaigre de ménage » ne donne aucune indication sur la qualité du vinaigre utilisé« . Pour s’y retrouver un peu mieux, des labels ont vu le jour, comme Ecolabel ou Ecocert. Ils sont contrôlés et répondent à des cahiers des charges spécifiques.

    

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.