Afghanistan : une guerre à 800 milliards de dollars pour les États-Unis

Le Canard Enchaîné – 10/05/2017 – Claude Angeli –
A Washington, les comptables du Pentagone évaluent à 800 milliards de dollars les dépenses engagées par les Etats8unis pour seize années de guerre en Afghanistan. Une somme extravagante consacrée, au fil des ans, aux opérations militaires – les effectifs américains se sont parfois élevés à 140 000 hommes -, à la formation des forces afghanes et aux aides civiles accordées à ceux qui ont dirigé le pays, de 2001 ,à aujourd’hui : présidents, ministres ou hauts fonctionnaires. La plupart d’entre eux ont été qualifiés de « corrompus » par la presse américaine et par certains élus, sans pour autant que s’interrompe le flot de dollars.
Un autre chiffre mérite réflexion. Les forces d l’Otan ont perdu en seize ans, 3 500 hommes en Afghanistan, dont 2 400 américains, sans compter des milliers de blessés et d’amputés. En revanche, les comptes sont bien moins précis dès qu’il s’agit des morts afghans : talibans, civils et membres des forces gouvernementales tués au combat ou victimes d’attentats. Quelques dizaines de milliers, voire davantage, et une évaluation à établir par les historiens.
Qu’en pensent les stratèges du Pentagone, à quelques mois dans l’entrée ‘une 17ème année de guerre ? Selon les services de renseignement américains, les talibans contrôlent plus de la moitié du territoire afghan, et la récolte de l’opium est toujours excellente.
Pessimisme au pentagone 
Autant de milliards dépensés pour en arriver là ? Obama s’en était inquiété. En 2011 et en 2013, au Qatar puis au Pakistan, des diplomates américains et des agents de la CIA avaient, rencontré des responsables talibans. De simples « contacts« , dit-on encore aujourd’hui, sans la moindre négociation et sans résultats probants.
En mai 2017, les effectifs américains présents sur le sol afghan s’élèvent à 8 400 , et leur mission consiste à former et à encadrer les fores afghanes, y compris lors des opérations antiterroristes. Mais cela ne saurait suffire au général John Nicholson, le chef de la coalition internationale (13 000 militaires au total). Il voudrait obtenir un renfort de 5 000 combattants, dont 3 000 américains. Reçu, le lundi 8 mai, par une commission de sénateurs, le patron du Pentagone, Jim Mattis, s’est, lui aussi, montré pessimiste. « Une nouvelle année dure (en Afghanistan) est devant nous« , a-t-il annoncé.
Aucune décision n’est prise, mais, après Obama, le président Trump a autorisé les mêmes rencontres et les mêmes échanges avec l’ennemi taliban. Il n’est pas le seul d’ailleurs à chercher une issue à ce conflit. Récemment, à Moscou, une réunion tripartite entre Russes, Chinois et Pakistanais a permis de faire le point sur le négociations menées avec plusieurs chefs talibans, grâce à l’intervention de l’ISI, le puissant service de renseignement militaire du Pakistan.
Quels que soient les résultats de ces contacts, rencontres ou négociations, la démonstration est éclatante, et elle ne concerne pas la seule guerre d’Afghanistan. Les avions les drones, les blindés, les radars, les missiles, les satellites et tous les systèmes d’écoute et de surveillance de la NSA n’ont toujours pas permis à la Grande Amérique de l’emporter sur les talibans. Les milliards de dollars dépensés par Bush, par Obama et bientôt par Trump ne remplaceront jamais une simple réflexion stratégique. Ou une bonne politique étrangère.

A quelle dépense honorable peut-on comparer les 800 milliards de dollars perdus en Afghanistan ? A six années d’aide mondiale au développement. Et, pourquoi pas, à des millions de vies qui auraient, grâce à ces aides, échappé à la famine.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans International, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.