L’inquiétant recul de la vérité

Ouest-France  11/05/2017
Point de vue. Par Alfred Grosser, professeur émérite des universités, politologue et historien.
La recherche de la vérité constitue, en principe, l’une des bases de ce qu’on appelle la culture européenne. Nous savons que quiconque affirme posséder la Vérité en soi court le risque de l’intolérance, mais qu’il existe une différence essentielle entre ceux qui veulent progresser dans la quête de plus de vérité et ceux qui tournent le dos à cet effort. Du moins en était-il ainsi… Aujourd’hui, deux phénomènes complémentaires font que la notion de vérité raisonnée a de moins en moins de sens.
Sur Facebook, vous pouvez faire passer n’importe quelle diffamation. Le temps que le diffamé réponde, des centaines de milliers de gens auront pris la diffamation pour argent comptant. La réplique éventuelle du diffamé viendra trop tard et ne sera pas prise en compte par la masse des « informés ».
Vous pouvez aussi lancer des « fake news », de fausses informations nommées aujourd’hui « faits alternatifs », relevant ou non de la théorie des complots. Ainsi, beaucoup de gens aiment croire que la destruction des deux tours de New York n’a été qu’une mise en scène ou qu’elle n’a pas eu lieu du tout. Selon un sondage de 2016, 65 % des Français estimeraient qu’on leur cache quelque chose sur le 11-Septembre. Pendant la campagne électorale, que d’affirmations sur les adversaires délibérément inventées !
Rien n’ébranle la conviction
De plus, la rationalité peut être niée. Un journaliste allemand a raconté cette anecdote : à Metz, il se plonge dans la foule des supporters de Marine Le Pen. Il y rencontre une jeune femme particulièrement chaleureuse dans l’acclamation. Elle lui révèle qu’elle est fille d’immigrés croates et qu’elle accomplit tous les jours le trajet Metz-Sarrebruck pour étudier dans cette université allemande. Le journaliste lui fait remarquer qu’avec l’extrême droite au pouvoir, ses parents n’auraient pas été admis en France ou seraient en voie d’expulsion, et que la frontière franco-allemande serait fermée. Réponse : pourquoi ces affirmations devraient-elles diminuer son enthousiasme pour Marine Le Pen ?
Nous sommes ici au-delà-ou en marge-de la vérité rationnelle. Une fois une adhésion donnée, rien ne saurait ébranler la conviction. Il est vrai qu’il n’y a pas vraiment nouveauté. Que d’adhérents du Parti communiste n’ont même pas été ébranlés dans leur certitude par la répression à Budapest, en 1956, et ont cru le récit fait par le rédacteur en chef de L’Humanité : «Qui se bat? D’abord les fascistes, les contre-révolutionnaires. Ensuite, ce lumpenprolétariat particulier qui reste la plaie des capitales des pays de démocratie populaire… À cela, il faut ajouter des milliers de condamnés de droit commun dont la libération a été une des premières tâches de la contre-révolution… L’armée soviétique s’est comportée non en ennemie, mais, comme toujours, en soutien et défenseur du peuple.»
Aujourd’hui, c’est le « trumpisme » qui fait de plus en plus de ravages. La plupart des électeurs de l’actuel président américain sont prêts à tenir pour vraies des affirmations contradictoires, qu’il les croie lui-même vraies ou qu’il les utilise pour créer ses propres contre-vérités ou « post-vérités », qu’on eût autrefois appelées des mensonges.
Le phénomène n’a pas épargné la campagne électorale française. Il a, en particulier, été le fait du Front national. Il ne faudrait pas que, pour autant, les chercheurs de vérité se découragent, surtout lorsqu’ils exercent une fonction d’enseignement. Le maintien des « valeurs européennes » est à ce prix.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, réflexion, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.