Manuel Valls ne sera pas investi par La République en marche

Courrier International – 11/05/2017 –
Manuel Valls, candidat aux législatives sous la bannière de La République en marche ?
C’était l’intention de l’ancien Premier ministre. Mais le parti du nouveau président a fait savoir ce 11 mai que cette investiture ne lui serait pas accordée “car aucun candidat ne peut être investi s’il a déjà fait trois mandats de parlementaire”. La République en marche a néanmoins précisé qu’elle ne présenterait pas de candidat contre lui dans sa circonscription de l’Essonne.
Pour le quotidien italien Il Giornale, rien de plus classique que cet ex-Premier ministre qui cherche à rejoindre la majorité présidentielle. “C’est ce qu’on appelle vulgairement ‘monter dans le train des vainqueurs’”.
Si l’on y parvient, on est accusé de retourner sa veste ou de ne pas avoir d’honneur, pour un temps plus ou moins long. Si on n’y parvient pas, parce qu’on se voit claquer la porte du train au nez, c’est que l’on est un crétin politique. Et Valls est les deux à la fois : un homme sans honneur et un crétin politique.”
Le quotidien de droite rappelle que Manuel Valls a failli être le candidat socialiste à la présidentielle, mais il a fini deuxième à la primaire de la Belle-Alliance. “Paradoxalement, cela aurait pu lui éviter de porter la responsabilité d’avoir mené le Parti socialiste à la catastrophe […] et lui permettre de travailler à la reconquête de son camp”. Mais il a préféré faire savoir qu’il n’appuierait pas Benoit Hamon, et soutiendrait à la place Emmanuel Macron. Se rendant ainsi coupable de “trahison”.
“La seule excuse que l’on puisse trouver à Valls, ajoute Il Giornale, c’est qu’il n’a jamais été socialiste. Mais il a été, et demeure un homme de gauche. Les deux concepts ne superposent pas, et c’est parce que le PS ne l’a pas compris que l’on assiste, à plus d’un siècle de sa fondation, à la disparition d’un parti glorieux dans l’histoire de France”.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Politique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.
%d blogueurs aiment cette page :