Voyages voyages… et fin de règne

Le Canard Enchaîné – 10/05/2017 – Isabelle barré –
C’est la fin d’un règne, mais pas la fin des voyages pour nos grands hommes d’État ! Depuis quelques semaines, Claude Bartolone, le président de l’Assemblée nationale, ne lâche plus sa valoche. Entre le 20 mars et le 12 avril, il a visité pas moins de huit pays : Niger, Burkina Faso, Bénin, Italie,Luxembourg, Algérie, Tunisie et Maroc. Ouf !
Des visites officielles menées à un rythme effréné, et pas du tout pour le plaisir, bien sûr : « Aucune plage horaire n’a été réservée pour un moment personnel » assure son cabinet. Il a quand même pu dormir une heure ou deux ? « On a reporté tout ces voyages à la fin de la session parlementaire, car M Bartolone n’avait plus à être présent les mardi et mercredi pour les questions au gouvernement, explique son directeur de cabinet. Il voulait juste travailler jusqu’à la fin. » Quel forçat !
Après les virées en avion, Barto qui ne se représente pas aux législatives, pourra toujours voyager en berline. En tant qu’ancien président de l’Assemblée, il a droit à une voiture avec chauffeur et à une assistante, le tout pendant dix ans ! La Renault Talisman qui lui échoit est déjà prête… Une retraite sur les chapeaux de roue !
On ne manque pas d’air
Plusieurs ministres ont eu, eux aussi la bougeotte. A l’Économie, Michel Sapin n’a littéralement pas touché terre entre le 3 mars et le 23 avril au matin. En un mois et demi, il a cavalé dans 16 pays : Sénégal, Maroc, Irlande, Allemagne, Portugal, Iran, Grèce, mais aussi Ghana, Côte d’Ivoire, Bénin, Sénégal, Mauritanie, Argentine, Brésil, Malte, sans oublier les États-Unis ! Là encore, pas question de jouer les touristes : « Au contraire, il boucle les dossiers § » assure son cabinet dans Le Parisien (5/5). Cette tournée des po(po)tes internationale n’est cependant pas inutile pour préparer l' »après »… Sapin, lui non plus, ne se représente pas aux législatives, mais « au cabinet, on le verrait bien à un poste international, et surtout européen« , rêve tout haut l’une de ses conseillères, interrogée par Le Canard : « Pourquoi pas au futur Fonds monétaire européen ? Dans les échanges avec l’Eurogroupe, on voit combien il est respecté, écouté, important. » Bigre ! Ce génie parlerait donc anglais ? « Euh… non, ça, c’est le problème« , redescend sa conseillère. Un détail, of course !
Du fond de son obscur poste de secrétaire d’État à la réforme… de l’État, l’excellent Jean-Vincent Placé a, lui aussi, trouvé le moyen de voir du pays. En mars, il était en Corée du Sud pour la troisième fois en seize mois. Mais, promis, ce n’est pas pour se recaser dans le privé. « Je veux redevenir sénateur et je m’organise pour gagner », explique ce grand modeste au Canard. Et la France devrait se passer de ses talents de sous-ministre ? 

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans * Train de vie de l'Etat, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.