Indre-et-Loire / Politique : la stratégie du coucou : Marisol Touraine doit choisir le PS ou En Marche !

L’heure des choix
La Nouvelle République 16/05/2017
Marisol Touraine, candidate à sa succession en Lochois, veut la double casquette PS-majorité présidentielle. Les pro-Macron s’y opposent.

Virginia Marquès (premier plan) ou Jean-Marc Pichon (au fond, lunettes rondes) candidats En Marche en Lochois ? Réponse avant demain soir. (Photo NR, le soir de la victoire Macron)
Marisol Touraine, candidate à sa succession en Lochois, adopterait la stratégie du coucou : s’installer dans le nid chaud et douillet d’un autre oiseau. L’ex-ministre veut bien du drapeau tout nouveau tout beau « majorité présidentielle » tout en restant au PS. Et cela, les En Marche ! n’en veulent pas.
La  Franco-Brésilienne Virginia Marquès, macroniste de la première heure mais pas retenue comme candidate sur la 3e circonscription, l’exprimait ainsi avant le week-end : « C’est moi qui ai fait tout le travail depuis un an. » Et c’est donc Marisol Touraine qui en récolterait tous les fruits.
«  Question de cohérence  »
La polémique enfle depuis trois jours. Même Christian Gatard, maire tout puissant de Chambray-lès-Tours, ex-PS passé chez Macron et proche de Marisol Touraine, met les pieds dans le plat :«  Elle doit choisir entre le PS et La République en marche. C’est une question de cohérence. Emmanuel Macron a fait 28 % sur Chambray au premier tour. Beaucoup de mes administrés qui ont voté pour lui ne comprendraient pas qu’il n’y ait pas de candidat En Marche ! aux législatives sur leur secteur. »
Christian Gatard a beau être ami avec sa députée sortante, il comprend mal ses hésitations : Hamon a fait 6 %, Macron quatre fois plus, explique-t-il : « a dynamique est côté Macron, pas côté PS. Et les Français veulent un renouvellement de la vie politique. »
Le maire divers gauche de Chambray insiste : S’il y a un candidat En Marche ! en Lochois, je le soutiendrai, même contre Marisol. S’il n’y a pas de candidat EM, cela posera problème, à moi comme à d’autres maires qui ont parrainé Macron ! »
Marisol Touraine godille et joue la montre pour deux raisons : elle aurait promis de participer à la refondation du PS, et elle n’aurait pas d’atomes crochus avec Emmanuel Macron. Son ex-collègue de gouvernement l’avait d’ailleurs renvoyée dans les cordes en avril dernier, lui signifiant qu’il ne la reprendrait pas comme ministre.
Aujourd’hui, en Lochois, il y a une véritable levée de boucliers contre le positionnement et même la personne de l’ex-ministre, qui incarne aussi le bilan Hollande.
Les clôtures de candidature sont fixées à demain soir à La République en marche. On parle aussi d’une « solide » candidature EM de Jean-Marc Pichon, ex-PS, adjoint à Saint-Pierre, qui a rejoint Macron, contre vents et marées socialistes. Patience et bienveillance… Il ne reste que quelques heures avant le dénouement final.
lire également : « Marisol Touraine entretient la confusion « 
Marisol Touraine : l’heure des adieux au ministère
à suivre
“ Refondatrice et sociale-démocrate ”
Toujours encartée au PS, Marisol Touraine s’inscrit aujourd’hui résolument dans la majorité présidentielle autour d’Emmanuel Macron. « Il faut réformer la gauche », commentait jeudi dernier la futur ex-ministre de la Santé tandis que les investitures du mouvement EM n’étaient pas encore connues. Selon elle, le (vieux) Parti socialiste né du congrès d’Epinay est arrivé « au bout de son cycle ».
 En revanche, les idéaux de justice sociale, de progrès, d’émancipation, de liberté individuelle restent d’actualité. « Je m’inscris dans cette histoire. Elle va durer », assure Marisol Touraine qui se présente désormais comme une « refondatrice d’une gauche réformiste et sociale-démocrate qui a sa part à prendre dans la majorité présidentielle. »
Cette refondation doit-elle s’opérer au sein du PS ou en dehors du parti, dans le cadre d’un nouveau mouvement ? Sur ce point, Marisol Touraine reste très évasive.
Quant à Emmanuel Macron, la ministre de la Santé avoue avoir été « bluffée » par son avènement éclair, sans véritable parti ni force publique. Il y a quelques semaines, Marisol Touraine parlait d’un véritable « hold-up » politique. Aujourd’hui, elle salue « la performance » et « l’intelligence tactique » du nouveau président.
indiscret
Sur fond de municipales à Saint-Pierre
Saint-Pierre-des-Corps est rattachée à la 3e circonscription du Lochois. Et dans la capitale cheminote, et ville « rouge » (Mélenchon y fait 37 % au premier tour de la présidentielle), on pense déjà à la succession de Marie-France Beaufils, maire depuis trente ans.
Ronan Lebert, candidat communiste aux législatives sur la 3e, adjoint de Saint-Pierre, compterait parmi les prétendants. On comprend pourquoi le PC met le paquet sur cette candidature en Lochois. On parle même d’une « alliance » possible avec les écologistes.
A Saint-Pierre, il y a aussi le cas de l’adjoint Jean-Marc Pichon, ex-PS resté chef de file du groupe socialiste, passé chez Macron : il s’intéresse de près, également, aux législatives. La France insoumise, de son côté, maintient sa candidate, Sylvie Adolphe. Marisol Touraine sait que, si elle perd son traditionnel réservoir de voix à Saint-Pierre, elle perdra gros.
Olivier Pouvreau

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.