Présidentielle : les abstentionnistes face au FN : Pas not’ problème !

Zéro Hebdo N° 4 – 17 mai 2017 –
Forts et fiers, les abstentionnistes ont défié le système et la fatalité en disant merde au monde entier. Wahou, quel courage ! Arrêtons là la mascarade et passons aux choses sérieuses. Les douze millions de touristes électoraux méritent bien qu’on leur adresse quelques mots.
Si la dernière campagne présidentielle a clairement été marquée par le niveau abyssal des débats et des invectives proférées par les équipes des différents candidats, elle l’a également été par le niveau d’abstention : près de 10 % de nos chers concitoyens ont cru bon de ne pas se déplacer le 7 mai et de faire barrage à l’avancée des chemises brunes. Malgré eux, la démocratie a finalement résisté au profit d’un jeune banquier d’affaires aux desseins encore obscurs. Malgré eux la bête immonde du populisme xénophobe a été mise en échec pour quelques années encore. Vous l’avez compris, la rédaction de ce journal l’a mauvaise sur ce coup là. Elle l’a tellement mauvaise qu’elle s’est décidée à prendre la plume et à dire leurs quatre vérités à ceux qui osent se prétendre « esprits libres » en se torchant avec l’avenir du plus grand nombre. On peut plaisanter deux minutes avec les affaires publiques; on peut se marrer en constatant l’échec affligeant (et un peu navrant) du quinquennat de François Hollande; on peut aller pourfendre les arnaqueurs, les faux et les misérables de la pensée toute faite… Mais on ne transige pas quand il s’agit de repousser l’extrême droite.
Pas vot’ problème ?
Chers amis abstentionnistes, vous incarnez ce que la France fait de mieux : les râleurs, les gueulards, les pas contents, les manifestants du dimanche et les pourfendeurs de l’ordre établi. Vous êtes surtout de ceux qui grognent, tapent du poing sur la table sans bouger leur cul de leur si confortable chaise. Si la mère Le Pen avait pris le pouvoir et jeté la France dans des abîmes que vos cervelles ne peuvent pas connaître, vous vous seriez empressés de jeter la pierre sur le système, les autres et tout ce que le genre humain compte de belles excuses. Heureusement pour nous tous, et vous en particulier, c’est monsieur le gendre idéal qui a emporté le morceau. Vous aurez donc tout loisir de lui cracher à la gueule durant cinq ans et de vous la jouer encore une fois faussement rebelles . Des rebelles de circonstances, d’apparat. Des rebelles au rabais. Conforme à vos idées, vous n’avancez pas, ne bougez pas, ne proposez rien. On peut faire une vie sur de grandes certitudes et, notamment, celle d’avoir absolument raison face à un monde trop con pour le comprendre : c’est ce que vous faites.  Mais en attendant, ce monde tente de se mouvoir et de se défendre.
Un petit point de culture 
On  ne va quand même pas se quitter comme ça, les cocos ! Avant de vous lâcher et de vous rendre la liberté dont vous n’usez pas, voici un petit point de culture et la définition de l’abstention : « Lors d’une élection, d’un referendum ou plus généralement d’une délibération, le comportement d’abstention correspond au fait de ne pas participer au vote Les motivations des abstentionnistes sont multiples et variées. En cas de fort niveau d’abstention, la légitimité des décisions ou des résultats d’élections – bien qu’étant prises dans les formes légales – peut être fragilisée, sinon lorsque l’abstention atteint un taux important, mise en doute par l’idée que la « majorité silencieuse » ne se serait pas exprimée par le vote. » Mais la majorité silencieuse à laquelle fait référence le Petit Robert ne vous inclut pas. Non contents de rester chez vous, calés devant une console ou une pinte de blonde, vous l’ouvrez grand pour offrir au monde le détail de votre lumineuse philosophie. Quelle chance nous avons donc ! Cette majorité silencieuse vous a longtemps espéré à ses côtés lorsqu’elle s’est levée. Elle vous a attendus quand elle s’est décidée et s’est fait parfois violence pour fourrer dans l’urne un bulletin qui ne lui ressemblait pas. Elle s’est retournée pour voir si vous n’étiez pas à la traîne. enfin elle a voulu vous cracher à la gueule quand elle vous a entendu dire que ce scrutin n’était pas le vôtre.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Débats Idées Points de vue, Démocratie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.