La navrante histoire du maire d’Annezin

Zero Hebdo N°4 – 16/05/2017 –
Il aura fallu deux nuits de sommeil et une réunion avec son équipe pour convaincre Daniel Delomez (PS) de ne pas quitter son siège de maire d’Annezin (Pas-de-Calais).
A Annezin, et bien qu’on soit dans le pas-de-Calais, on ne rigole pas tous les jours ! Vous, vous avez peut-être découvert que vous étiez entourés de gros néonazis à travers les réseaux sociaux, quand plus personne n’a eu peur d’avouer qu’il votait Marine… et pas en cachette. Vous pensiez que vous aviez des « amis » ? Quelle ne fut pas votre surprise de voir que vous viviez en fait au milieu de lepenistes mal dans leur peau. Mettez-vous à la place de ce brave maire de commune qui fait son possible et se rend soudain compte que ses administrés votent FN en masse…
L’inconcevable vérité
Et que fait-on dans ces cas là ? On sourit naïvement devant le parterre de beaufs ? On s’écrase bien (parce que c’est connu, hein, les lepénistes ne sont pas les plus prompts à ouvrir le dialogue) et on s’assoit sur ses convictions ? Ou bien, courageusement, on donne sa démission… Et on ne peut que saluer cette initiative de monsieur Daniel Delomez, et lui rendre ici hommage avec toute la modestie qui est la nôtre. C’est bien exceptionnel qu’un maire élu ose s’extirper d’un conseil municipal un peu trop fascisant à ses yeux. Sur les cinq mille habitants d’Annezin, près de 40 % avaient donné leur voix à Marine, et certainement pas par amour pour les galettes bretonnes et les facéties d’Astérix.
Enfin un qui lutte pour ses convictions. Si la plupart des maires sont trop chafouins et frileux pour oser contrer la majorité politique et aiment à s’incliner devant les plus forts par crainte de jouer au chat et à la souris- et de perdre, disons-le franchement – le maire d’Annezin a annoncé sur le coup sa démission comme étant ferme et définitive. Et ce parès avoir gratifié son groupe d’élus d’un joli nom d’oiseau : « C’est catastrophique ! Il est possible que je démissionne car je ne veux pas consacrer ma vie à des connards« , a-t-il bravé, dans les colonnes de l’Avenir de l’Artois, avec force et bonhomie.
Il s’est néanmoins excusé pour son langage un peu trop fleuri, avant de confier qu’après ce geste franc du collier, il allait réfléchir.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.