Editorial. Il faut que ça marche pour faire gagner la France

Ouest-France  20/05/2017
Observateurs et de commentateurs semblent ne pas encore avoir compris de quoi il s’agissait. Ils continuent à utiliser leurs vieilles grilles d’analyses, conservent leurs vieilles étiquettes de droite et de gauche, centre-droit, centre-gauche. Ils ne paraissent pas encore avoir vu qu’il s’agissait désormais de tout autre chose.
François Régis HUTIN.
Et maintenant, il faut que ça marche pour faire gagner la France. Ce ne sera pas facile. Ce gouvernement est composé d’hommes et de femmes de grande valeur.
Ceux et celles qui ne viennent pas du monde politique, qui sont excellents dans leur spécialité, sauront-ils conjuguer comme il convient leurs efforts au service du Bien Commun en oubliant leurs ambitions personnelles ? C’est cela que nous attendons d’eux.
Déjà, ce qui apparaît au regard de ce gouvernement, c’est sa nature européenne. Même les dénominations de certains ministères le manifestent. Ainsi, le ministre des Affaires étrangères devient le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères… Et voici que l’Union européenne paraît en quelque sorte, non pas réhabilitée, elle n’en avait pas besoin, mais lavée des nombreuses accusations absurdes dont trop de candidats à l’élection présidentielle ont nourri leur campagne.
Déjà de grands États-membres, par exemple l’Allemagne, qui craignaient l’éloignement de la France de l’Union européenne, semblent désormais rassurés. Surtout, ne les décevons pas. Là, on peut faire confiance au président de la République qui a fait preuve de courage et de lucidité, tous ces derniers mois, en mettant l’Europe en avant chaque fois qu’il le pouvait.
En marche pour de bon
Ce gouvernement est quelque chose de nouveau. Cela n’avait jamais été tenté sous la Ve République, a déclaré le Premier ministre Édouard Philippe. Mais il est étonnant de constater que nombre d’observateurs et de commentateurs semblent ne pas encore avoir compris de quoi il s’agissait. Ils continuent à utiliser leurs vieilles grilles d’analyses, conservent leurs vieilles étiquettes de droite et de gauche, centre-droit, centre-gauche. Ils ne paraissent pas encore avoir vu qu’il s’agissait désormais de tout autre chose.
Auparavant, la gauche se refusait à approuver des mesures venant de la droite même si elles étaient positives et favorables au pays. C’était la même attitude de la droite vis-à-vis des mesures positives de la gauche. Résultat : on piétinait. C’est de ce piétinement inutile que le président de la République veut sortir en allant chercher à droite, à gauche, au centre, tous ceux qui veulent avancer et sortir de l’immobilisme et du conservatisme.
C’est là, au-delà des programmes, la vision du Président et même sa visée. C’est dans cette perspective qu’il convient de se placer désormais si l’on veut que ce renouveau soit une réussite pour l’Union européenne, donc pour la France.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.