Ecologie – La Suisse entérine la première étape de sa transition verte

Le Monde 23/05/2017

Vue de la centrale nucléaire de Gösgen (canton de Soleure), près de Däniken, dans le nord de la Suisse, le 11 novembre 2016. FABRICE COFFRINI / AFP
A l’instar de leurs voisins allemands, eux aussi ont sauté le pas en faveur de la transition écologique. Lors d’une votation qui s’est tenue dimanche, les Suisses se sont prononcés à 58,2 % pour une sortie progressive du nucléaire le point d’orgue d’un long processus engagé au lendemain de l’accident de Fukushima, au Japon, en mars 2011.
La nouvelle feuille de route helvète prévoit d’augmenter la part du solaire et de l’éolien (moins de 5 % actuellement), tout en réduisant la consommation énergétique. Par ailleurs, aucune nouvelle centrale ne sera construite, mais celles qui existent déjà – au nombre de cinq – pourront continuer à fonctionner tant qu’elles seront jugées sûres. The Financial Times
En matière de production d’énergie, la Suisse s’appuie en priorité sur l’hydraulique (60 %). Néanmoins, environ un tiers (35 %) de l’électricité produite dans le pays provient encore du nucléaire, rappelle Euronews. Le basculement programmé vers les énergies renouvelables doit permettre de baisser cette part, sans effet collatéral dommageable pour l’économie ou l’emploi.
Ce pari est-il tenable ? La présidente de la Confédération, Doris Leuthard, y croit fermement, à condition, précise-t-elle, que les investisseurs soient au rendez-vous. Dans un entretien à la RTS, elle s’est en tout cas félicitée du fait qu’au terme d’une campagne qualifiée de « dure » et émaillée de « fausses informations », ses compatriotes aient choisi de tourner le dos à l’atome.
Si les partisans de la stratégie énergétique ont affiché leur soulagement, dimanche soir, ses détracteurs, notamment au sein de l’Union démocratique du centre (UDC, le premier parti du pays), attendent les autorités au tournant, estimant que le renouvellement du parc énergétique national aura un coût exorbitant. Le Matin
Pour Benoît Genecand, du Parti libéral radical (PLR) de Genève, lui aussi hostile à la nouvelle loi, la déception est grande. Mais il affirme que « la messe était dite depuis un bon moment déjà », dans la mesure où « les opposants avaient contre eux tout l’appareil politique ». La Tribune de Genève
Et maintenant ? Dans Le Temps, Bernard Wuthrich juge qu’après la « victoire de la raison » face à la peur véhiculée par l’UDC sous forme de « sottes menaces » (devoir payer 3 200 francs de plus par année ou se doucher à l’eau froide, par exemple), « tout reste à faire ». En effet, conclut-il, la Stratégie énergétique 2050, quoique « raisonnable », « n’est ni parfaite ni complète ». Après le référendum, le plus dur est peut-être à venir…

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Ecologie, Energie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.