Trump, une chance pour la malbouffe

Le Canard Enchaîné – 24/05/2017 – Conflit de Canard –
« Nous devrions juste avaler un burger autour d’une table de conférence, faire de meilleurs deals avec la Chine et oublier tous ces dîners diplomatiques. » Dixit Donald Trump. Chouette ! L’industrie de la malbouffe a maintenant un super VRP à la Maison-Blanche.
Le 45ème président des États-Unis n’avale que des burgers et des nuggets, avec des frites congelées parce que « c’est meilleur que celles faites à la maison« . Le tout arrosé de Coca Light, sans oublier le ketchup, dont il nappe tous ses plats. Trump, qui préfère, comme il l’a dit, le McDo à un vrai restaurant parce que « c’est plus propre », a d’ailleurs nommé ministre du Travail l’un des rois du fast-food à la tête de plus de 3 600 restos dans le pays.
Le président américain n’aura pas attendu longtemps pour passer les plats aux industriels de la malbouffe. Son administration vient de remettre du gras, du sucre et du sel sur la table des cantines scolaires. Exit le programme de nutrition concocté par Michelle Obama pour lutter contre le surpoids, qui touche 1 jeune américain sur 6. Depuis cinq ans, les écoliers avalaient plus de légumes et moins de nuggets-frites-ketchup, au risque de leur éduquer les papilles et des les rendre moins accros au fast-food. Pour annoncer cette douceur faite à l’industrie agroalimentaire, le ministre de l’Agriculture n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. En visite dans une école, où il s’est régalé, comme de bien entendu, nuggets, il a lancé : « les enfants ne mangent pas la nourriture » et « ça finit dans les poubelles » Et d’insister sur le coût du manger-sain à l’école – 1,2 milliard de dollars en cinq ans – tout en prenant soin de mettre le couvercle sur l’addition archi-salée de dépenses de santé liées à la bouffe industrielle.
Vous vous dites que tout ça c’est bien triste mais qu’en Europe, au moins, Trump ne va pas s’inviter dans notre assiette. Sauf que le président de la malbouffe a décidé de ne pas signer le Tafta, le traité de libre-échange entre l’Europe et les États-Unis, parce qu’il n’a pas goûté que Bruxelles fasse la fine bouche sur son poulet au chlore et son bœuf aux hormones. Et ça ne va pas être de la tarte de l’amadouer selon les nutritionnistes : l’overdose de mauvais gras et de sucres rapides gâche le sommeil et rend agressif. Ce qui expliquerait notamment les tweets incendiaires qu’il bombarde à 3 heures du matin.
Le jour où Trump a viré le patron du FBI, il avait sans doute ingurgité trop de burgers et de frites congelées… Gloups !

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Agroalimentaire, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.