Législatives : 12 minutes de temps d’antenne pour En Marche !, scandaleux ou normal ?

L’Obs 25/05/2017

 AFP PHOTO / JOEL SAGET

La République en marche ! conteste le temps d’antenne qui lui a été attribué pour diffuser ses clips de campagne. Mais au fait, sur quoi se base le CSA pour prendre sa décision ? Décryptage.
Douze petites minutes. C’est le temps d’antenne attribué à La République en marche (LREM) par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour diffuser ses clips de campagne en vue des législatives… sur l’ensemble des radios et chaînes télé du service public (France 2, France 3, France 5, France inter…) !
Des miettes de temps d’antenne, si on compare aux autres partis. Le Parti socialiste (PS) peut en effet se targuer, lui, de disposer de deux heures d’antenne, contre une heure quarante-quatre pour Les Républicains (LR), 22 minutes pour l’Union des démocrates et indépendants (UDI) et 15 minutes pour le Parti radical de gauche (PRG). Seul le Parti communiste français (PCF) est moins bien loti que LREM, avec seulement huit minutes d’antenne.
Alors, scandale ? C’est en tout cas ce que semble penser En Marche !, qui a déposé un recours devant le Conseil d’Etat mercredi 25 mai. Dans un communiqué, le parti indique :
« La République En Marche ! a saisi le juge des référés du Conseil d’Etat de cette décision au nom de la défense du pluralisme politique, de l’équité entre les formations politiques et de la nécessaire prise en compte de la demande profonde de renouveau exprimée par les électeurs. »
Le Front national et la France insoumise dans le même cas
La répartition de ce temps d’antenne entre les partis se fait ensuite au prorata de leur poids politique. D’où les deux heures pour le PS, parti actuellement majoritaire au Palais Bourbon, et l’heure quarante-quatre pour LR, principale force d’opposition.
Pour les nouveaux partis, comme LREM, ou ceux qui n’avaient pas assez de députés pour constituer un groupe parlementaire (il en faut 15), la loi prévoit :
Pourtant, la décision du CSA est une application stricte du code électoral. Son article L167-1 indique que pour les deux tours cumulés, une « durée d’émission » de quatre heures trente « est mise à la disposition des partis et groupements représentés par des groupes parlementaires de l’Assemblée nationale ».
Il ajoute :« Cette durée est divisée en deux séries égales, l’une étant affectée aux groupes qui appartiennent à la majorité, l’autre à ceux qui ne lui appartiennent pas. »
« Tout parti ou groupement politique qui n’est pas représenté par des groupes parlementaires de l’Assemblée nationale a accès, à sa demande, aux émissions du service public de la communication audiovisuelle pour une durée de sept minutes au premier tour et de cinq minutes au second ».
Soit… 12 minutes au total. Ce qui est plus que le PCF, qui disposait lui d’un groupe, mais peu fourni !
La République en marche ! ne sera d’ailleurs pas la seule dans ce cas. Le Front national (FN) et la France insoumise (FI) devront aussi se satisfaire du même temps. A eux trois, ces partis représentent pourtant… 70% des intentions de vote, selon un sondage Harris Interactive publié le 18 mai.
M.G.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.