Comprendre les lobbies et leur pouvoir d’influence des instances démocratiques

Mr. Mondialisation – 28/05/2017 –
Illustration : Nawak
La pratique du lobbying s’institutionnalise depuis des dizaines d’années dans le sillon des institutions européennes à Bruxelles et à Strasbourg. L’Europe est devenue le deuxième centre lobbying au monde. Alors que cette pratique s’impose dans nos sociétés démocratiques occidentales, ses avantages et la façon dont elle est menée demeurent très flous. Des voix se font entendre pour en révéler les limites, et s’y opposent en contrant l’influence des grands groupes d’intérêts privés (industries, multinationales,..) par une prise de conscience citoyenne et une pratique de contre-lobbying citoyen qui vise à mettre en avant les intérêts communs à la société dans les débats politiques.
Aux sources : l’objectif des lobbies
Le lobby est un terme anglais apparu dans les années 1830 et utilisé dans un cadre strictement politique, signifiant littéralement vestibule ou couloir. Il désignait les couloirs de la Chambre des Communes britanniques, où les membres des groupes de pression pouvaient venir discuter avec les Members of Parliament. Le lobby désigne un réseau de personnes qui s’est constitué pour défendre les intérêts d’une certaine partie de la population auprès des instances de pouvoir et influencer les preneurs de décision. C’est le plus souvent un groupe d’influence à but lucratif qui représente des intérêts privés. Cette influence ou pression politique n’est pas nouvelle, en revanche, elle a subi de fortes mutations en se développant et en s’institutionnalisant. L’influence de la démocratie, donc des intérêts d’un peuple, s’est peu à peu légalisée et généralisée. Le nombre officiel de lobbies aux États-Unis a triplé entre 1950 et 1990, s’installant dans les bureaux de la célèbre K Street, principale rue de Washington, près des instances décisionnelles. On estime à plus de 45.000 le nombre de lobbyistes officiellement déclarés à Washington en 2010 et à plus de 3 milliards de dollars l’argent dépensé par ces groupes d’intérêts pour défendre leurs causes au Congrès en 2014. L’Europe n’est pas exempte de ce phénomène, plus de 20.000 lobbyistes travaillent à Bruxelles actuellement.
Ce ne sont pas là des sociétés secrètes qui agissent dans l’ombre, ou viennent soudoyer les personnalités politiques au moment des prises de décisions. Les lobbies sont admis en politique, ils ont le droit de siéger, et le droit de s’exprimer. Ils utilisent divers moyens comme le démarchage, la médiatisation, l’élaboration d’expertise pour les commissions parlementaires, la participation à des concertations, les contacts avec les personnalités politiques, le financement de campagne politique etc. E.Grossman dans son ouvrage Lobbying et vie politique affirme qu’un « groupe de pression est défini comme une entité organisée qui cherche à influencer les pouvoirs publics et les processus politiques dans un sens favorable à ses intérêts sans pour autant participer à la compétition électorale ». Les lobbies sont donc des représentants d’intérêts privés qui ne se soumettent pas au système de la démocratie électorale. Ils peuvent donc intervenir directement auprès des représentants politiques et des sphères de pouvoir sans rendre de comptes à la population.
Les lobbies : une intervention citoyenne ou une interférence économique dans la prise de décision ?
Les avis divergent concernant les lobbies : sont-ils un bon moyen pour faire connaître les intérêts hétéroclites de la population ou bien est-ce une intervention des grands pouvoirs économiques pour influencer les décisions politiques en leur faveur ? Les défenseurs du lobbying affirment que cette pratique permet de confronter directement les différents intérêts et les différents idéaux des citoyens lors des prises de décisions. Les lobbies représenteraient les différents groupes de citoyens qui feraient alors tous entendre leur voix. Cependant, plus les groupes d’intérêts privés ont de capitaux, de pouvoir et de contacts, plus leur influence est grande. Cette situation favorise nécessairement les grands groupes industriels par rapport aux groupes minoritaires ou aux associations. C’est d’autant plus vrai dans un système économique fondé sur un écart grandissant dans la distribution des richesses. Il n’y a donc pas de légitimité d’une prise de décision influencée par un petit nombre de personnes dans leurs propres intérêts sans consultation préalable du reste des citoyens.
Les instances publiques doivent, en toute logique, être indépendantes pour que la démocratie fonctionne, c’est-à-dire, ne pas dépendre d’un groupe social ou économique particulier, ne pas reposer sur lui, ni ne lui être favorable parce qu’il a de bons arguments ou qu’il influence les décisions politiques de toutes autres manières. Les lobbies qui défendent des intérêts privés n’ont pas pour objectif de penser la meilleure décision politique possible pour la population en générale, mais seulement pour un groupe restreint d’individus, et cette interférence peut aller à l’encontre de ce qui serait le meilleur pour le reste de la population. Légalisation de certains pesticides controversés, déstructuration des réglementations environnementales, ralentissement des actions contre le changement climatique, les exemples ne manquent plus pour exposer le danger du lobbying sur la démocratie.
Image via transitioncitoyennesemnoz.org
La place des lobbies dans le processus décisionnel démocratique
La place des lobbies dans le processus décisionnel démocratique est difficile à déterminer ou même à chiffrer, les lobbies procédant par différentes méthodes et à différentes étapes du processus décisionnel démocratique : élaboration, vote et interprétation des lois. Cependant, vu leurs nombres et la multiplication des scandales de conflits d’intérêts, nous pouvons considérer qu’ils ont un impact considérable sur la prise de décision des lois qui régissent nos vies. Cet impact peut prendre différentes formes allant de l’annulation pure et simple d’un projet de loi, à un retardement ou une modification de ce dernier, en passant par un argumentaire qui vient peser dans la prise de décision même s’il n’obtient pas gain de cause.
Depuis une vingtaine d’années, pour répondre à ce risque d’interférence des intérêts privés, le lobbying est également pratiqué par des associations, des acteurs de mouvements sociaux etc. C’est ce que certains nomment le lobbying citoyen, opposant ainsi à un lobbying économique qui représenterait uniquement les intérêts privés des grands groupes industriels, un lobbying qui représenterait des intérêts communs à la société. Par exemple, en 2011 la création du lobby Finance Watch était destinée à représenter les intérêts publics dans la réforme des réglementations financières européennes. L’intérêt privé et l’intérêt général sont deux notions qui entrent en conflit dans la pratique lobbying.
Si l’intervention du lobbying permet de sortir du système politique électoral parfois contestable, il est nécessaire de garder l’idée d’un intérêt commun. L’intervention lobbying n’est légitime que si elle est faite dans l’intérêt de la société dans son ensemble et pas seulement dans l’intérêt de quelques individus. En ce sens, il ne faudrait pas à proprement parler de lobbying citoyen mais de contre-lobbying. Ce contre-lobbying citoyen, qui s’organise difficilement faute de moyens, peut alors être une excellente opportunité pour la population de promouvoir directement un intérêt commun, des choix de vie sociétaux, et de faire connaître ses intérêts, la classe politique étant parfois peu en prise avec la réalité. En ces temps d’élections controversées, c’est un bon moyen de reconsidérer la politique dans la cité, sans rester spectateur d’un monde qui avance avec ou sans nous.
                                               
Sources : revue-projet.com / The interest group society, J.M Berry et C. Wilcox, 2007
Le lobbying : stratégies et techniques d’intervention, F.J Farnel, 1994
« Lobbying l’influence des groupes d’intérêts s’accroît et favorise une transformation de notre modèle démocratique », Cédrirc Polère, Millénaire 3, juin 2007
Plaidoyer pour un contre-lobbying citoyen, Benjamin Sourice, 2014
« Les lobbies dans la démocratie », Revue Projet, Edwaed B.Arroyo, février 2004

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Démocratie, Europe, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.