Climat : l’Union européenne prône la coopération avec les villes américaines

Le Vif.be – 06/06/2017 –

Après l’annonce du retrait des États-Unis de l’accord de Paris, l’Union européenne entend doper les coopérations sur le climat entre les collectivités locales des deux côtés de l’Atlantique, a annoncé mardi le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, saluant « l’activisme » des maires américains.
« Je suis très optimiste sur l’engagement local aux États-Unis contre le réchauffement climatique, grâce à des centaines de maires et de dirigeants des milieux d’affaires et en dépit du gouvernement fédéral », a déclaré à l’AFP M. Sefcovic, en marge d’un forum ministériel sur les énergies propres à Pékin.
« En Europe, nous avons engagé une 4e révolution industrielle » avec les énergies renouvelables, mais en se retirant de l’accord sur le climat, « c’est comme si la Maison Blanche voulait revenir à la deuxième révolution industrielle » du XIXe siècle, fondée sur le charbon, a-t-il ironisé. »Mais si l’on s’en tient aux villes (américaines), aux grosses entreprises aux États-Unis, il est clair qu’elles resteront arrimées à l’appel de la modernité et à un avenir d’énergies propres », a insisté le commissaire chargé de l’Énergie. De fait, nombre d’autorités locales ont déjà pris le contrepied de l’annonce de Donald Trump la semaine dernière en se disant décidées à redoubler d’efforts pour limiter le réchauffement climatique.
Le milliardaire new-yorkais Michael Bloomberg, ancien maire de New York, a pris la tête vendredi d’une coalition de dizaines de maires, gouverneurs et organisations prêts à s’engager pour réduire les émissions des États-Unis, deuxième plus gros émetteur mondial de carbone derrière la Chine. Maros Sefcovic avait justement déjà lancé avec M. Bloomberg « une convention mondiale des maires pour le climat et l’énergie », un forum rassemblant notamment plus de 130 villes américaines: des coopérations que le haut responsable européen appelle désormais à renforcer.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, Europe, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.