Législatives – Les Français de l’étranger, miroir de la France-Macron

Le Temps 07/06/2017
Pour le premier tour anticipé des législatives ce dimanche, les 1,3 millions d’électeurs français de l’étranger ont massivement voté pour les candidats soutenus par le nouveau président français
Les Français de Suisse et du Liechtenstein ont-ils dessiné la nouvelle carte électorale de l’Hexagone, en accordant dimanche 63,55% de leurs suffrages à Joachim Son-Forget, candidat de La République en marche lors du premier tour anticipé des législatives organisé dans les onze circonscriptions des Français de l’étranger?
A regarder les autres résultats, la réponse semble plutôt positive. Partout, les représentants du futur parti «macronien» (son congrès fondateur est prévu en juillet) sont largement en tête, et souvent au-dessus des 50%. En Polynésie où l’on votait aussi, les trois députés pro-Macron sont loin devant. Seul problème: les 1,3 million d’électeurs conviés à travers le monde en avant-première se sont très peu déplacés. La très faible participation (19,1%) est donc inférieure au seuil minimal exigé de 25% des inscrits pour valider une élection au premier tour. Les candidats LREM, y compris en Suisse, auront tous rendez-vous avec les urnes le 18 juin pour le second tour qui se déroulera, cette fois, à la même date en France et  hors des frontières.
Partis en déconfiture
Faut-il voir dans cette première vague Macron le début d’un tsunami qui pourrait, comme l’affirment certains sondages, voir la majorité présidentielle atteindre le chiffre record de plus de 400 députés à l’Assemblée nationale, sur les 577 sièges en lice?
Dans plusieurs duels symboliques, la balance penche ainsi pour les nouveaux venus de LREM, souvent (pour environ 70% d’entre eux) issus de la société civile et novices en politique. Dans le Gard, le député «Bleu Marine» Gilbert Collard élu en 2012, proche du Front national et figure médiatique de premier plan, est donné perdant face à une célébrité locale recrutée par le parti d’Emmanuel Macron: la torera Marie Sara. A Villeurbanne, dans la banlieue de Lyon, la ministre sortante socialiste de l’éducation, Najat Vallaud-Belkacem, est en grande difficulté face à l’entrepreneur numérique Bruno Bonnell, star de la galaxie LREM. Et dans le Finistère, le ministre Richard Ferrand, député PS sortant plombé par la controverse sur ses arrangements immobiliers familiaux, sortirait vainqueur du scrutin…
Trois facteurs de réussite
La clef du succès annoncé de La République en Marche repose, à l’image de ce qui a fait sa force auprès des Français de l’étranger, sur trois puissants facteurs d’adhésion alors qu’une bonne partie de ses candidats ne sont pas connus localement. Le premier facteur est évidemment le président, que tous les candidats arborent sur leurs tracts, leurs camionnettes ou leurs affiches. «C’est à Macron que les électeurs adressent leurs doléances. Ils ne voient dans ses représentants qu’une courroie de transmission. Ils n’élisent pas des députés. Ils veulent donner à Macron les moyens de gouverner», nous expliquait Serge Grouard, l’ex-maire «Les Républicains» (LR) d’Orléans où l’ancien ministre de l’économie était venu participer, en mai 2016, aux fêtes de Jeanne d’Arc.
La deuxième raison, illustrée par le vote des Français de l’étranger, est la complète déconfiture des partis. Dans la sixième circonscription Suisse-Liechtenstein, la députée de droite sortante LR Claudine Schmid récolte seulement 15,7% des suffrages. Le bilan de la législature passée (les Français de l’étranger élisent leurs députés depuis 2012) a peu importé. La forte mobilisation des comités «En marche!» durant la présidentielle a fait la différence, reléguant le PS ou LR en deuxième ligue médiatique.
Joachim-Son Forget en Suisse, comme Pyerre-Alexandre Anglade pour Belgique-Pays Bas-Luxembourg, étaient les référents locaux d’En Marche!. «On a labouré le terrain, surtout du côté des jeunes, argumente Joachim-Son Forget. On a ouvert l’espace avec nos consultations.» Une affirmation à nuancer par l’énorme abstention: «En réalité, les anti-Macron ont voté avec leurs pieds, confirmait le politologue Roland Cayrol, auteur des «Raisons de la colère» (Grasset). Le risque est de voir toute une partie de la France bouder les urnes.» Le malaise interne du Front national, qui a pourtant obtenu son record historique de voix le 7 mai avec les 34% de Marine le Pen, complique par ailleurs la tâche de l’extrême droite.
Troisième facteur : le refrain du «dégagisme» et du renouvellement martelé durant la campagne par la gauche radicale et par Emmanuel Macron a aiguisé l’appétit des électeurs pour de nouveaux visages. D’autant que depuis son investiture le 14 mai, le nouveau président français a fait un presque sans-faute international, face à Donald Trump et Vladimir Poutine.
Le spectacle «présidentiel», tellement affaibli sous le quinquennat Hollande, est de retour. Le dérapage du chef de l’Etat à Lorient sur les bateaux de pêche (Kwassa-Kwassa) de Mayotte qui ramènent des immigrés comoriens plutôt que du poisson n’a d’ailleurs suscité qu’une mini-polémique. Une partie de la droite – au-delà des personnalités ralliées comme Bruno le Maire – joue d’ailleurs la coopération future. Comme si, en France, la page politique de 2017 était déjà tournée…
Français de l’étranger: pourquoi les «bébés Macron» l’ont emporté haut la main
Dans les onze circonscriptions des Français de l’étranger, les candidats présentés ou soutenus par la République en Marche (LREM) sont arrivés partout en tête. Un tsunami sans doute annonciateur d’autres bouleversements, mais qu’il faut relativiser…

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.