Les Républicains : règlements de comptes dans les décombres

Le Canard Enchaîné – 14/06/2017 –
Tempête force 10 au sein du bureau politique des Rep réuni lundi matin après la déroute électorale de la veille. Plusieurs dirigeants Jean Léonetti, Christian Jacob, Alain Joyandet, Nadine Morano et Bernard Accoyer – accusent Jean-Pierre Raffarin et ses amis dits « constructifs » d’avoir, avec leurs messages, troublé les électeurs de la droite. L’ancien Premier ministre réplique : « Le Premier ministre, le ministre de l’Économie, le ministre des Finances sont issus de nos rangs. On ne peut pas le négliger et faire comme si rien n’était.« 
Tollé. La sénatrice du Haut-Rhin, Catherine Troendlé s’écrie :  » Je ne comprends pas ton attitude, Jean-Pierre ! Tu ne te rends pas compte des dégâts ! »
Raffarin reprend : « J’annonce la couleur. Je voterai la confiance au gouvernement, et je ne serai pas le seul. Si c’est la ligne dure de dure qui l’emporte au sein du parti, je le quitterai. »
Re-tollé. Raffarin, debout, rouge écarlate, fait mine de s’en aller. Tout le monde le retient. François Baroin le premier, qui redoute que l’esclandre arrive aux oreilles des journalistes qui attendent à la sortie de la réunion.
« J’ai beaucoup de respect pour Jean-Pierre Raffarin, dit Baroin, mais, jusqu’au 18 juin il ne faut penser qu’à une chose : nous protéger et protéger nos candidats. » Fin de la tragi-comédie. Après le 18 juin, ce sera une autre affaire…
La branche macroniste des Rep continue de manœuvrer, pour constituer un groupe parlementaire à l’Assemblée. Et plus tard, si « ça marche »,  un parti politique. Des rendez-vous ont été pris cette semaine entre le Premier ministre et des parlementaires qui refusent de coexister au sein d’un parti dirigé par Laurent Wauquiez et Eric Ciotti, et dominé par les militants catholiques de Sens commun.
Le Premier ministre lui-même doit rencontrer, la semaine prochaine, Alain Juppé sur ses terres afin d’accélérer la recomposition du paysage politique. Face aux « Républicains » tout court,, le nom de « Républicains indépendants » a été évoqué, malgré le souvenir du parti crée par Giscard en 1962.
Une remarque en passant : compte tenu de l’ampleur de la vague jaune, Emmanuel Macron peut très bien se passer du renfort de Raffarin et de ses amis.
On leur dit ?

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.