Eloge funèbre – 15 juin 2017, l’acte de décès de l’ISF

L’Opinion 15 /06/ 2017  Raphaël Legendre
Les assujettis à l’ISF ont jusqu’à jeudi minuit pour déposer leur déclaration séparée. En principe pour la dernière fois. Emmanuel Macron a promis de remplacer l’ISF par un impôt sur la fortune immobilière (IFI) en 2018.
C’est une page de l’histoire fiscale de la France qui se tourne. Créé en 1982 sous le patronyme « d’impôt sur les grandes fortunes » (IGF) pour financer le revenu minimum d’insertion (RMI), l’ISF vit ses dernières heures. Un enterrement sans fleurs ni couronnes pour cet impôt tueur d’entreprises familiales.
Idéologique, à faible rendement, l’ISF est l’impôt antiéconomique par excellence. C’est lui qui a envoyé bon nombre d’entrepreneurs hors des frontières de France pour ne pas se faire dévaliser fiscalement au moment de la transmission de leur entreprise. C’est lui qui oblige depuis près de quarante ans les entreprises familiales à verser de gros dividendes aux actionnaires familiaux pour que ces derniers, qui ne bénéficient pas de l’exonération pour outil de travail contrairement aux dirigeants, puissent s’acquitter du prélèvement. Autant d’argent en moins pour les investissements et le développement.
C’est enfin lui qui a poussé bon nombre de belles entreprises familiales dans les bras d’investisseurs étrangers – une des raisons pour lesquelles la France ne compte aujourd’hui que 4 600 ETI, quand elles sont 10 000 en Allemagne et 12 000 en Grande-Bretagne. Si Emmanuel Macron respecte son agenda, l’ISF sera remplacé l’année prochaine par l’impôt sur la fortune immobilière, ou IFI. La grille resterait la même (recouvrement à partir de 1,3 million d’euros de patrimoine), les taux aussi (de 0,70 % à 1,50 %). Mais seul les biens immobiliers seraient taxés. L’ISF et mort. Vive l’IFI !
Renaud Dutreil (En Marche!): «Pourquoi la réforme de l’ISF de Macron est juste» 15 Mars 2017

 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.