Poitiers (Vienne) – Ni robes, ni costumes : le cauchemar des mariés devant le tribunal de commerce

La Nouvelle République 10/06/2017
Ni robes ni costumes – des mariés escroqués :  : perdre son argent et sa robe à quelques semaines de son mariage, c’est un cauchemar ! »

Poitiers (Vienne). La liquidation judiciaire du magasin Au cœur des mariées place au moins 25 clients, peut-être 50, dans une situation cauchemardesque.
Rarement liquidation judiciaire aura fait couler autant d’encre. Et de larmes. Au dépôt de bilan du magasin Au Cœur des mariées, boulevard de Verdun, à Poitiers (Vienne), a donc répondu l’annonce de la liquidation judiciaire, cette semaine, par le tribunal de commerce.
La gérante, Aurore Brugier, qui demandait dans nos colonnes de la Vienne, de l’indulgence à ses clients, refuse désormais de répondre à nos questions. Elle veut oublier.
«  Nous ne pensions pas avoir autant de personnes concernées  »
Ce présent problématique ou ce passé ennuyeux ? Il reste le passif de son enseigne : on évoque 70.000 € et des impayés de loyers depuis six mois.
« En l’état, il m’est impossible de me prononcer sur le montant du passif dans la mesure où les délais de déclaration n’ont pas commencé à courir, répond Stéphane-Alexis Martin, le mandataire judiciaire (Actis) désigné par le tribunal de commerce. « J’invite les clients victimes à m’adresser, par courriel, la somme qu’ils ont payée ainsi que l’état de leur commande (1). J’établirai un rapport au tribunal de commerce ainsi qu’au procureur de la République afin de leur faire part des anomalies que je pourrais relever dans ce dossier, comme je le ferais dans tout autre. Le cas échéant, des poursuites pourront être engagées. »
Le volet pénal est représenté par les clientes désabusées de plus en plus nombreuses à l’évoquer au sein du groupe Facebook (2) qui recense les victimes.
« Nous avons actuellement connaissance de 29 victimes, explique Virginie Desbourdes, de Richelieu, administratrice du groupe, amie d’une victime. Mais nous avons encore 24 demandes en attente. Ça commence à représenter beaucoup de monde.
« Nous ne pensions pas avoir autant de personnes concernées. J’y passe des journées entières mais ça me tient à cœur pour sauver le mariage de mon amie. »
Dans la majorité des cas, il s’agit de futures et futurs mariés. Ils avaient passé commande de leurs robes et costumes depuis plusieurs mois et versé la moitié du prix en acompte.
« Mais, le pire, c’est que les fournisseurs n’ont jamais reçu les commandes. Certains couples avaient déjà tout réglé, complète Virginie Desbourdes. Nous avons contacté l’administrateur judiciaire. Il nous a fait comprendre que l’argent versé serait difficilement récupérable. Mais, à l’heure actuelle, personne ne veut en rester là. »
Les victimes du magasin Au Cœur des mariées envisagent désormais de se regrouper en association. Un appel aux dons pourrait également être lancé pour les victimes dont la situation est la plus problématique. « Certains «  pètent les plombs  ». On peut le comprendre : perdre son argent et sa robe à quelques semaines de son mariage, c’est un cauchemar ! »
(1) Au cœur des mariées Victimes et un groupe Facebook fermé, réservé au recensement des victimes.
(2) Contact : tél. 05.49.88.38.73 ;
poitiers@actismj.fr
Xavier Benoit  Indre-et-Loire

Condamnée en 2015 , omniprésente depuis

Aurore Brugier (*), gérante du magasin Au cœur des mariées, a toujours évolué dans l’univers des mariages. Mais pas toujours pour de bonnes raisons.
Le 24 mars 2015, elle a été condamnée à 10 mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Poitiers. Les juges avaient estimé qu’elle s’était rendue complice, avec son compagnon de l’époque, d’un cambriolage commis, dans la nuit du 10 au 11 août 2013, au domicile d’une personne qui préparait… le mariage de sa fille, à La Chapelle-Montreuil. A l’époque, elle était la maquilleuse attitrée du mariage. Elle en aurait profité pour repérer les lieux. Des bijoux, dont la bague de fiançailles, ainsi que des cadeaux destinés aux mariés, avaient disparu.
Un chéquier volé avait également été utilisé dans treize commerces de la Vienne, de la Charente et l’Indre-et-Loire pour un montant de 2.700 €, entre août et décembre 2013. En appel, le jugement avait été non seulement confirmé mais alourdi, le 5 novembre 2015 : 12 mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve pendant deux ans.
Après cette erreur de jeunesse, elle s’était engagée dans le commerce : Au cœur des mariées est devenue sa marque de fabrique. Le magasin du boulevard de Verdun, à Poitiers, a été déclaré au greffe du tribunal de commerce le 1er octobre 2013. Elle en a ouvert un second, une semaine plus tard, dans la galerie Auchan, à Chasseneuil-du-Poitou (fermé le 28 juin 2016). Des clients de Chasseneuil avaient alors mis en cause la qualité des produits livrés au regard de ceux présentés en boutique.
Au cœur des mariées, est également présent sur Internet via un site propre (www.brugiera.wixsite.com/
mysuitinmyworkplace) et une proposition commerciale sur le site Groupon, pour des « costumes sur mesure à partir de 399 €. »
Enfin, quelques jours avant de déposer le bilan de son entreprise, elle avait lancé dans nos colonnes (journal du 26 mai), un appel aux dons. Après avoir déposé un brevet sur les nœuds papillon en forme de moustache (appelé « bowtie barber ») elle souhaitait recueillir 4.500 € en 26 jours.
(*) Contactée par téléphone, elle a refusé de répondre à nos questions.
 Xavier Benoit

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Insolite, Justice, Social, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.