» Et de droite et de gauche « – Emmanuel Macron, le maître des équilibres

L’Opinion 31/07/2017  Rémi Godeau
S’il entend régenter les horloges, Emmanuel Macron se doit aussi d’être le maître des balances. Elu sur un positionnement « et de droite et de gauche », qui d’autre que lui en effet pour veiller au bon équilibre de sa politique ? Or entre la flexibilisation du droit du travail et le coup de rabot sur les aides au logement, la réduction de l’ISF et la hausse de la CSG, ses premiers chantiers fleurent bon la potion libérale. Au point d’agiter le marais de ses supporteurs : et si le macronisme s’avérait « et de droite et de droite » ? Et si l’effacement promis de la bipolarisation tenait du leurre ?
Le Président a vite ajusté le fléau. Jeudi, il mettait la priorité sur l’accueil d’urgence des migrants, quinze jours à peine après le plan de son Premier ministre. Jeudi encore, il optait pour la nationalisation temporaire de STX France, symbole à peine subliminal d’un Etat protecteur sur l’emploi et stratège dans sa lutte contre la désindustrialisation. Et vendredi, il exhortait ses ministres à agir dans une « logique de sens » (sic !) et non en gestionnaires obnubilés par des arbitrages budgétaires.
Ce juste milieu est-il compatible avec l’ambition révolutionnaire d’un Président soucieux de transformer la France plutôt que de la réformer ? Adepte de la troisième voie, Tony Blair récusait de même le clivage droite-gauche et martelait : « Ce qui compte, c’est ce qui fonctionne ». Confronté à une obligation de résultat, le concepteur du «enmêmetempisme» doit ainsi éviter le piège du petit équilibriste : à lui de prouver que son action relève moins d’une stratégie électorale « attrape-tout » que d’une vraie rupture de type « chamboule-tout ». Sinon le « et-et » du pragmatisme mutera en « ni-ni » de l’immobilisme.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.