L’homme qui a stoppé l’avancée du désert au Burkina Faso

Un doigt dans l’actualité – Août/septembre 2017 –
« A la fin des années 1960, les prédicateurs ont annoncé que nous ferions face à une sécheresse sans pareille dans notre localité « , explique Yacouba Sawadogo, 80 ans, au journal l’Économie du Faso. « Face à ce malheur annoncé, j’ai décidé de laisser tomber mon commerce de pièces détachées afin de me mettre à l’agriculture. Afin de comprendre comment la nature se régénère, j’ai mis deux ans à sillonner les terres de mon village, souvent à pied, souvent à cheval« .
C’est au bout de ces deux années de »communion » avec la terre que lui est venue l’idée du « Zaï », une technique qui consiste à préparer le sol en saison sèche. « Pour ce faire, il y creuse de petits trous, les remplit de déchets organiques. Ces débris à leur tour attirent les termites, naturellement présents dans cet environnement. En s’installant dans les petites cavités, les termites creusent des galeries, ce qui permet de retenir l’eau de pluie lors de la saison des pluies. Il ne reste plus qu’à semer les graines. Mais l’innovation ne s’arrête pas là.  Au fil des saisons, Yakouba Sawadogo est passé maître dans la technique du Zaï. C’est désormais de la matière organique composée de compost ou de fumier associée à des tiges de mil concassé qu’il met dans ses petits trous. En plus des graines pour son champ, il y ajoute des graines d’arbres ».
 
En bordure de son champ s’érige désormais une forêt de 25 à 27 hectares, qui attire de nombreux oiseaux rapportant à leur tour de nouvelles graines et contribuant à la diversification faunique ». Oiseaux, rongeurs, reptiles et autres lièvres sont ravis de vivre là. En tout cas, le bon sens de Yacouba Sawadogo devrait nous inspirer et nous servir d’exemple !

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Afrique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.