L’Aïd-el-Kébir aiguise ses couteaux

Charlie Hebdo – 16/08/2017 – Luce Lapin –
Comme chaque année, plus de 200 000 ovins et bovins seront égorgés sans être étourdis, en toute conscience, donc en grande souffrance (ces sacrifiés peuvent agoniser pendant quatorze minutes), ainsi que le permet cette dérogation (1964) à la loi (1) qu’est l’abattage rituel – casher pour la religion juive, halal pour la religion musulmane. Pour ce qui nouq intéresse ici, je rappelle que le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, qui fut président du CFCM, Conseil français du culte musulman pendant plusieurs années, n’est pas opposé à l’étourdissement préalable à l’abattage. 
Notre République laïque permet à toutes les religions de s’exprimer, et la liberté de culte est précieuse dans une démocratie. Mais cette liberté s’arrête lorsque la pratique religieuse, la plupart du temps au nom de la sacro-sainte tradition, cause de la douleur à des êtres sensibles qui la ressentent, quels qu’ils soient, humains ou animaux, et quelle qu’en soit la nature. C’est aussi simple. J’ajoute qu’il est possible aujourd’hui de ne plus consommer d’animaux, ni de produits qui en soient issus, et de rester en bonne santé grâce à des repas équilibrés composés de protéines végétales. Les animaux sont des individus à part entière, ils ne sont pas « de la viande ».
« Fête du sacrifice », l’Aïd-el-Kébir, ou AÏd-el-Adha, la si mal nommée « Fête du mouton », se déroulera au tout début septembre. Ainsi que l’exige la loi, les égorgements doivent être pratiqués dans un abattoir agréé. C’est loin d’être le cas, comme l’indique l’OABA, (Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs) : « Chaque année, ce sont environ 60 000 animaux, très majoritairement des moutons, qui sont sacrifiés en dehors de toute structure agréée […] Outre le risque sanitaire encouru, ce sont les conditions qui sont inacceptables car elles occasionnent d’importantes souffrances chez les animaux. »
Cette année encore, il faut s’attendre à de nombreux abattages clandestins. Depuis plusieurs semaines, les sites de petites annonces regorgent d’offres d’animaux « pour faire la fête »… De nombreux éleveurs n’hésitent pas à vendre à des particuliers leurs animaux transportés dans les coffres des voitures.
(1) Lire :  Abattage « humanitaire », 1964 : au commencement était la loi (01/2015)

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans animaux, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.