Non à la hausse de la CSG !

Sauvegarde retraitesarticle publié le 19-05-2017 –
Emmanuel Macron prévoit une hausse de la CSG qui frappera les retraités. Sauvegarde Retraites appelle à la mobilisation.
Les retraités n’ont pas lieu d’être rassurés par l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République, si celui-ci applique le programme qu’il a prévu concernant les retraites.
Au-delà de certaines mesures intéressantes (le passage aux points, la fermeture des régimes spéciaux…), mais souvent floues ou qui ne seront mises en place qu’à terme, il en est une qui risque d’être vite appliquée et se traduira directement par une baisse des pensions : la hausse de 1,7 % de la CSG. Certes, cette hausse n’est pas spécifique aux retraités et concernera aussi les actifs ; mais pour ceux-ci, du moins, elle sera compensée par la suppression des cotisations salariales.
En revanche, elle frappera sans contrepartie 60 % des retraités qui ne bénéficient pas de l’exonération ou du taux réduit : tous ceux dont le revenu fiscal de référence annuel dépasse 14 375 € pour une part (soit quelque 1 200 € par mois). Pour eux, la CSG sur les retraites devrait passer d’un taux de 6,6 % à 8,3 %. Il s’agit bien du revenu fiscal de référence et non de la pension elle-même : par ce biais, les retraités qui ont épargné en vue d’assurer leurs vieux jours sont aussi taxés sur leur épargne – qui n’échappe pas, en outre, à la hausse de 1,7 point de CSG.
Enfin, les retraités  dont les revenus dépassent 1 700 € mensuels ne seront pas concernés par l’exonération de la taxe d’habitation annoncée dans le programme d’Emmanuel Macron. En théorie, l’Etat devrait compenser le manque à gagner pour les collectivités locales, à hauteur de 10 milliards d’euros. Reste que les élus locaux, qui savent l’administration mauvaise payeuse, doutent de percevoir la totalité de cette compensation. Les 20 % de ménages qui continueront d’acquitter la taxe d’habitation pourraient donc voir son montant augmenter.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Economie, Social. Ajoutez ce permalien à vos favoris.