Indre-et-Loire / Festival – La Forêt des livres : la foule pour une édition hantée

La Nouvelle République 28/08/2017
La 22e Forêt des livres, hier à Chanceaux-près-Loches, ( à lire hier sur Inventerre ) n’avait rien d’ordinaire. Si ce n’est la foule, massive, qui a répondu présente.

Dans l’allée des platanes, les lecteurs se sont pressés devant les tables des nombreux auteurs.
Il était partout. Il avait même son stand. D’ailleurs, ses livres ont trouvé moult acheteurs. Forcément, cette Forêt des livres 2017 n’a ressemblé à aucune autre. Son fondateur, Gonzague Saint Bris était à la fois tragiquement absent et intensément présent. La foule était là, aussi, en masse, comme un ultime hommage.
Dans l’allée des platanes, en début d’après-midi, on progressait difficilement. Par cette forte chaleur, l’ombre bienfaisante des arbres était particulièrement recherchée.
« Ce n’est pas parce qu’on ne voit rien que les êtres ne sont pas là »
Non, cette 22e édition n’a ressemblé à aucune autre. Et, en même temps, on était en terrain connu. Rien n’était triste. Comme toujours, on s’est pressé pour décrocher un autographe de Richard Bohringer ou une photo avec Hugues Aufray. Au hit-parade des écrivains les plus demandés, l’auteur français – eh oui, français – de polars Maxime Chattam a battu des records d’affluence à son stand. Les têtes connues du petit écran, comme Julien Lepers, Audrey Pulvar ou encore Sophie Davant ont eu aussi de nombreux aficionados. Marlène Jobert a rencontré également un grand succès.
Voilà pour quelques-unes des têtes d’affiche attendues. Mais il y avait aussi ceux qui ne devaient pas, à l’origine, venir à Chanceaux et qui ont fait le déplacement pour Gonzague Saint Bris. C’est le cas de Bohringer ou encore des auteurs Yann Queffélec et Irène Frain, qui faisait partie des pionniers de la première édition.
Les hommages ont émaillé la journée. Hugues Aufray l’a fait en chanson. « Ce n’est pas parce qu’on ne voit rien que les êtres ne sont pas là », a souligné pour sa part Yann Queffélec. Cette édition 2017 de la Forêt des livres était décidément hantée.
Vidéo
Pierre Calmeilles

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.