Suisse – Morges : Ecoles d’écrivains, ces pépinières de talents

Le Temps 27/08/207 Lisbeth Koutchoumoff
Finie la suspicion: les cursus en écriture littéraire accélèrent l’entrée des jeunes écrivains dans le monde éditorial. La preuve au Livre sur les quais à Morges qui démarre vendredi

Dès vendredi et durant tout le week-end, 280 auteurs ont rendez-vous avec leur public au Livre sur les quais à Morges, le festival qui lance la rentrée littéraire en Suisse romande. L’une des marques de l’événement est de placer côte à côte les stars et les débutants, les auteurs confirmés et les jeunes talents.
Parmi ces derniers se détachent de plus en plus celles et ceux qui sortent de la Haute Ecole des arts de Berne (HKB), section écriture littéraire. Agés pour certains d’à peine 25 ans, ces écrivains tout frais trouvent des éditeurs de renom peu après leur sortie de l’école. Et remportent des prix littéraires en vue. Alors que le monde de l’édition francophone avait l’habitude de voir éclore les talents vers le milieu de la trentaine, ces jeunes pousses bousculent les rythmes et impriment une dynamique nouvelle, voire ébouriffante, à la scène romande.
La pépinière de ces talents? L’Institut littéraire suisse à Bienne, qui a fêté son dixième anniversaire en 2016 et dépassé le cap des 100 diplômés cette année. Partie intégrante de la HKB, l’Institut forme au bachelor. Tandis que le master en écriture et traduction littéraire est dispensé à Berne. A chaque niveau, ces formations sont bilingues, français et allemand. Cette rentrée, les couleurs de l’école sont représentées, pour les francophones, par Thomas Flahaut, 26 ans, qui publie Ostwald aux éditions de l’Olivier, et par Céline Zufferey, 25 ans, qui a convaincu Gallimard avec Sauver les meubles. A la petite échelle romande, 2016 fut faste aussi avec Elisa Shua Dusapin et son Hiver à Sokcho, succès public et critique, et Anne-Sophie Subilia avec Parti voir les bêtes, toutes deux chez Zoé. En 2015, Antoinette Rychner remportait deux prix importants, le Dentan et un Prix suisse de littérature, avec le bien nommé Le Prix. Les années précédentes ont toutes eu leur lot de publications.
«Vous allez formater les écrivains!»
Difficile de croire, au vu de ces succès, que la naissance de ces formations à l’écriture littéraire a eu lieu, en Suisse romande du moins, dans un climat chargé de doutes voire de suspicion. «L’art d’écrire ne s’apprend pas», tonnaient les grincheux. «Vous allez formater les écrivains!» s’alarmaient les anxieux. Marie Caffari, directrice de l’Institut littéraire de Bienne, se souvient de ces grincements. Les choses ont bien changé depuis. «En 2006, nous étions des pionniers. Aucun enseignement de ce type n’existait en France ou ailleurs dans l’aire francophone. Aujourd’hui, je me retrouve à rappeler aux éditeurs désireux de publier nos élèves que nous ne sommes pas une agence littéraire mais une école et que les temps d’apprentissage sont à respecter.»
Ce souci de préserver l’école comme un sas avant l’entrée dans l’aire professionnelle, Olivia Rosenthal le partage aussi. Ecrivaine, elle dirige, avec Lionel Ruffel, le master en création littéraire de Paris 8. En habituée de l’Institut de Bienne, où elle a donné des ateliers, elle s’est nourrie de l’expérience des Suisses pour lancer en 2012 ce cursus universitaire, l’un des tout premiers en France, après ceux du Havre et de Toulouse. L’Université de Cergy-Pontoise a rejoint ce tiercé récemment. «On attend six à sept publications d’anciens élèves dans les dix-huit prochains mois», se félicite-t-elle.
Ian McEwan, Kazuo Ishiguro…
Ce n’est pas un hasard si l’impulsion qui a permis la création de l’Institut littéraire suisse en 2006 déjà est venue du milieu littéraire alémanique. On y connaît bien les pratiques universitaires allemandes, déjà anciennes dans ce domaine, comme à Leipzig ou à Berlin. En Angleterre, c’est l’Université d’East-Anglia qui a ouvert le premier bachelor européen de creative writing en 1970. Avec des élèves aussi prestigieux que Ian McEwan ou Kazuo Ishiguro.
Mais ce sont les Américains qui ont la plus longue histoire dans ce domaine. Le premier atelier universitaire en écriture littéraire a été ouvert en 1897 à l’Université de l’Iowa. William Styron, Raymond Carver, John Irving entre autres y ont été élèves. Près de 50 cursus universitaires enseignent l’art d’écrire aux Etats-Unis aujourd’hui. Avec pour axe pédagogique l’idée que l’on n’apprend pas à écrire tout seul mais, au contraire, en partageant son travail avec les autres élèves et avec des écrivains plus confirmés.
Une approche que l’on retrouve à Bienne. Auteur d’une dizaine de romans, Michel Layaz enseigne pour le bachelor et le master. Il n’est pas surpris par ces volées de talents très jeunes qui émergent sur la scène romande: «La formation permet aux élèves de gagner beaucoup de temps. Ce qu’ils apprennent en trois ans d’école nécessite dix voire quinze ans de pratique solitaire. Le cursus est un accélérateur d’apprentissage.»
Autre méthode clé dont l’Institut de Bienne s’est fait une spécialité: le mentorat, ce compagnonnage sur le long terme entre un écrivain confirmé et un élève. «Le procédé est très socratique. On fait sortir chez l’élève ce qui l’habite déjà. On ne fait que participer à cette extraction», explique Michel Layaz. Les anciens élèves contactés (lire ci-contre) le disent tous: ils n’ont pas appris à écrire, ils ont appris à travailler. «A recevoir des critiques et à en formuler soi-même; à prendre conscience de sa propre écriture, et de celles des autres, ce qui est nécessaire pour dialoguer avec les éditeurs», explique Elisa Shua Dusapin.
Version buissonnière
Caroline Coutau, directrice des éditions Zoé, a publié de nombreux anciens élèves de la HKB. «L’Institut de Bienne est devenu un label de qualité, indéniablement. Même si comme pour toute école, il en sort de bons et de moins bons élèves. Ils savent prendre les critiques. Le travail est souvent plus facile avec eux, même s’ils ont parfois une attitude un peu scolaire.»

Mais le salut ne vient pas que de l’école institutionnelle. Depuis 2012, il existe en Suisse romande une approche buissonnière très performante: il s’agit de l’Ajar, l’Association des jeunes auteurs romands. Les membres, une vingtaine aujourd’hui, sont eux aussi convaincus des bienfaits de l’approche collective de l’écriture. De ce vivier-là sortent aussi les talents les plus fins. L’écriture aujourd’hui se vit plus que jamais en réseau.
Le Livre sur les quais, Morges, du 1er au 3 septembre. www.lelivresurlesquais.ch

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.