Indre-et-Loire – La pyrale du buis est passée à l’offensive

La Nouvelle République 31/08/2017
De mémoire de botaniste, on n’avait jamais connu une attaque d’une telle ampleur de la part du prédateur.

Les buis ont subi de gros dégâts en Indre-et-Loire. – (Crédit photo : Fredon)
Je reçois des appels toutes les semaines. Les gens évoquent les vols de papillons la nuit, la présence de chenilles, l’importance des dégâts subis. Technicien au Fredon (*) plus spécialement en charge de la pyrale du buis, Cyril Kruczkowski ne se souvient pas d’avoir été, par le passé, autant sollicité par les victimes de ce prédateur, originaire d’Asie et importé récemment en Europe via des plantes vraisemblablement venues de Chine.
Récemment ? « On l’a repéré en Alsace en 2008, en région Centre-Val de Loire en 2011-2012. »
Propice à la propagation des incendies
Cette année, tous les spécialistes sont surpris par la rapidité et l’importance de l’attaque. La dizaine d’observateurs – répartis sur l’ensemble du département – qui renseignent le Fredon sur les faits et gestes du papillon tueur de buis est unanime.
« On assiste vraiment à un pic de pullulation. On constate de gros dégâts dans les sous-bois. Les buis sauvages sont «  grillés  », ils perdent leurs feuilles. Ce n’est pas sans risque. Ces arbustes desséchés peuvent générer des départs de feu. »

Les jardins des particuliers, tout comme les parcs à la Française, ne sont pas mieux lotis.
« Cette prolifération n’est pas forcément liée au changement climatique, elle serait plutôt liée au mode d’alimentation de la pyrale qui, dans les jardins, trouve de quoi se nourrir. » Les buis taillés sont mangés de l’intérieur, il n’est donc pas forcément évident de se rendre compte tout de suite des agressions de la pyrale du buis.

 Aspect du buis après le passage de la pyrale !
Il existe des moyens de se défendre : « On peut traiter contre les chenilles à partir d’un produit biologique comme le bacille de Thuringe (BT) qui se révèle efficace sur les jeunes chenilles. On peut aussi mettre en place des piégeages de papillons. Il s’agit d’une méthode de détection qui permet de savoir où on en est et quand traiter sachant que la pyrale du buis, c’est deux à quatre générations par an. »
Cyril Kruczkowski explique que dans le cadre du plan écophyto, un bulletin consacré au sujet et destiné aux particuliers vient d’être édité. Pour le recevoir gratuitement, il faut se rendre sur le site de la chambre d’agriculture régionale, http://www.centre.chambagri.fr,
et remplir le formulaire d’inscription en cochant la case BSV ZNA.
Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles du Centre-Val de Loire, 9 ter, rue Augustin-Fresnel, à Chambray-lès-Tours. Tél. 02.47.66.27.66.
Philippe Samzun

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Nature, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.