Pourquoi Kim Jong-un rit quand il tire un missile ?

Ouest-France – 04/09/2017 – Marie Merdrignac –(Photo : AFP/KCNA)
La question peut paraître futile alors que la Corée du Nord a mené son sixième essai nucléaire ce dimanche. Quand on observe les photos de ce succès et de ceux qui l’ont précédé, l’attitude débonnaire du dictateur nord-coréen Kim Jong-un peut étonner. Mais tout est calculé.
Kim Jong-un éclate de rire devant une carte militaire, Kim Jong-un se marre entouré de ses généraux hilares, Kim Jong-un radieux au milieu d’enfants nord-coréens… C’est une des caractéristiques des ribambelles d’images de propagande diffusées par la Corée du Nord : le dirigeant est ray-on-nant ! Et même quand il vient de lancer un missile intercontinental comme cela a été le cas ce dimanche…
Le régime de Pyongyang affirme avoir testé une bombe H (à hydrogène), réussissant ainsi son sixième essai nucléaire. C’est même Ri Chun-Hee, la présentatrice vedette du pays, pourtant à la retraite, qui a annoncé ce succès avec un enthousiasme impressionnant.
Ri Chun-Hee, la présentatrice vedette du pays pourtant à la retraite qui a annoncé le succès du sixième essai nucléaire de la Corée du Nord. (Photo : AFP/KCNA)
Pourquoi tant de joie ? C’est une stratégie de communication bien rodée. « Ces photos servent d’abord à envoyer un message à la population nord-coréenne, explique Antoine Bondaz, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique, et auteur de l’ouvrage Corée du Nord. Plongée au cœur d’un État totalitaire (Éditions du Chêne, 2016). L’attitude de Kim Jong-un est étudiée pour montrer un dirigeant proche de son peuple, accessible, à l’écoute de leurs attentes, légitime, poursuit-il. Sur ces images il fait des accolades, multiplie les embrassades… C’est une stratégie de communication mise en place dès son premier discours en public, le 15 avril 2012. L’actuel dirigeant a assuré à son peuple qu’il n’aurait plus à se serrer la ceinture. Son père, Kim Jong-il, n’avait jamais fait une seule déclaration en public. »
La propagande nord-coréenne montre un dirigeant proche de son peuple, accessible. (Photo : AFP/KCNA)
L’autre volet de cette communication est externe. « Le second message est adressé à la communauté internationale. Les photos de Kim Jong-un en visite dans une usine de missiles balistiques servent à convaincre de la crédibilité du programme nucléaire nord-coréen. Elles envoient des informations sur les recherches qui sont en cours dans le pays. »
Et presque à chaque fois, lors d’un essai, Kim Jong-un est présent, l’ordre de lancer le missile signé de sa main bien mis en avant à la télévision nord-coréenne. « Une façon de montrer que c’est lui qui est aux commandes de ce programme balistique présenté comme une réussite », souligne le chercheur.
Des photos truquées
Les photos de propagande proviennent de l’agence de presse nord-coréenne Korean Central News Agency (KCNA). « Elles sont travaillées pour faire passer un message, des informations précises. Ce n’est pas que ce qu’on comprend du régime, mais ce que la Corée du Nord veut nous en faire comprendre », prévient Antoine Bondaz.
Visiblement c’est toujours très drôle de lancer des missiles… (Photo : AFP/KCNA)
En 2013, l’Agence France Presse avait exposé les trucages auxquels a pu avoir recours KCNA pour faire croire à une flottille plus importante, un plus grand nombre de soldats, ou tout simplement pour mettre en scène des exercices militaires qui n’ont pas vraiment eu lieu.
« Récemment, les chercheurs n’ont pas de doute sur les photos qui nous parviennent de la Corée du Nord. Mais cela ne veut pas dire que le pays est forcément en mesure de faire ce qu’il montre à travers ces clichés. Des images d’un nouveau design de bombe H ont circulé, un essai a été annoncé dimanche, mais ce n’est pas forcément ce design qui a été testé. Rien n’indique également que la Corée du Nord est en mesure d’équiper un de ses missiles intercontinentaux avec une telle bombe. Ce sont les limites de la communication nord-coréenne », ajoute Antoine Bondaz.
Une stratégie de communication nouvelle
Aujourd’hui, la propagande du pays est différente de ce qu’a pu connaître la population avec le prédécesseur de Kim Jong-un. « La nature du régime est la même, mais le style du gouvernement a changé », note le chercheur de la FRS.
Jamais une telle photo n’aurait été prise avec le père de Kim Jong-un. Kim Jong-il incarnait l’austérité. (Photo : AFP/KCNA)
Kim Jong-il était plutôt du genre austère : pas un sourire, toujours habillé de la même façon, de larges lunettes de soleil couvrant ses yeux et des apparitions en public inexistantes. « Il est associé aux difficultés économiques du pays dans les années 1990. Il représente le dirigeant dans l’adversité. »
Tout à droite, Kim Jong-il, associé par le peuple nord-coréen aux difficultés économiques du pays dans les années 1990. (Photo : AFP/KCNA)
Tout le contraire de ce qu’incarnait Kim Il-sung, le fondateur (en 1948), et premier dirigeant de la Corée du Nord, proclamé en 1998, quatre ans après sa mort, « Président éternel de la République ». Il est associé « à la période glorieuse de la Corée du Nord, la victoire contre l’occupant japonais », la croissance économique… Kim Jong-un, son petit-fils, s’en inspire. D’autant plus qu’il lui ressemble.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Défense, International, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.