Vienne – Saint-Benoît : Le quartier des Buis pris dans la pyrale infernale

La Nouvelle République 07/09/2017
Dans la cité boisée de Saint-Benoît, la pyrale du buis fait des ravages comme dans de nombreuses communes de la Vienne. Reportage

« L’environnement est dévasté. Pas de quartier, tous les buis ont été touchés. » – (Photo LL)
Partout rue des Buis et dans les artères adjacentes de ce quartier tranquille, c’est la même désolation : on ne compte plus les arbustes morts, le feuillage gris comme s’ils avaient été passés au défoliant. Le coquet lotissement est pris dans la pyrale infernale depuis cet été. « On ne s’en est pas rendu compte tout de suite, explique Bernard qui habite ici depuis des décennies. J’avais un tout petit buis rond dans un pot. On s’est dit :  » il a crevé parce qu’il n’avait pas assez de terre…  » Puis le deuxième dans la haie est mort à son tour et je me suis retrouvé avec plein de petits papillons dans la maison. Aujourd’hui, l’environnement est dévasté. Tous les buis ont été touchés. Pas de quartier, ils ont attaqué partout. »

Après Poitiers, Buxerolles et de nombreuses communes de la Vienne, de France et de Navarre au printemps, la pyrale du buis est donc partie à l’assaut à Saint-Benoît.
«  Aujourd’hui y’a plus rien, tout est grillé  »
Observée pour la première fois en 1998 en France, on ne sait si elle est arrivée d’Allemagne ou par l’introduction de buis importés. Quoi qu’il en soit, ce sont des buis asiatiques qui lui ont permis d’entrer en Europe. La petite chenille d’Asie, qui répond au nom scientifique de Cydalima perspectalis, est donc communément appelée pyrale du buis. Ce petit papillon blanc et marron pond environ 1.200 œufs directement sur les feuilles de buis. Particulièrement vorace à l’état de chenille, la pyrale laisse donc derrière elle des jardins ravagés et des sous-bois complètement déforestés.
La municipalité de Saint-Benoît a réagi
A Saint Benoît, la municipalité a réagi et informé la population. « Les services techniques ont mis en place un système de lutte respectueux de l’environnement afin de protéger une partie des buis installés sur le domaine public, nous indique-t-on. Cette année, deux attaques ont déjà eu lieu sur notre territoire. Des pièges à phéromones sont mis en place afin de détecter la présence des papillons. Plusieurs traitements au Bacillus thuringiensis ont eu lieu. Un autre traitement sera réalisé très prochainement, car des vols de papillons sont observés actuellement. Bien que ces bactéries détruisent les chenilles, cette méthode reste difficilement applicable à grande échelle. »
Les particuliers doivent prendre leurs dispositions. « Il appartient à la population de réaliser ce type de lutte sur les propriétés privées, poursuit la municipalité sancto-bénédictine. Vous devez inspecter vos buis au moins une fois par semaine, car il est indispensable de détecter le plus tôt possible une éventuelle infestation, si vous êtes dans une zone sensible. »
Bernard lui se désole en contemplant le désastre. « Tout disparaît petit à petit. Il n’y a plus abeille, plus d’insectes… C’est triste. Ici c’était bien vert, c’était joli et ça sentait bon. J’aimais bien l’odeur du buis. Aujourd’hui c’est fini. Y’a plus rien tout est grillé. »
repères
Un traitement biologique efficace 
Mme Bernard, propriétaires des jardins du Prieuré de Laverré à Aslonnes, ont la recette d’un traitement biologique efficace à titre préventif comme curatif.
Pour un litre d’eau : une cuillère à dessert d’huile végétale, une cuillère à soupe de savon liquide, un verre de lait entier et deux cuillères à soupe de piment fort en poudre. Bien mélanger avant la pulvérisation.
Loïc Lejay
Sur Inventerre  lire : Indre-et-Loire – La pyrale du buis est passée à l’offensive
Publié le 1 septembre 2017 par kozett
La Nouvelle République –31/08/2017 De mémoire de botaniste, on n’avait jamais connu une attaque d’une telle ampleur de la part du prédateur. Les buis ont subi de gros dégâts en Indre-et-Loire. – (Crédit photo : Fredon) Je reçois des appels toutes … Lire la suite →

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Nature, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.